Egypte : La société civile accuse AMESys d’avoir vendu un logiciel de surveillance au régime répressif d’Al-Sissi

FIDH

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Non-réponse
15 August 2017

Non-réponse d'AMESys

Le Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l'Homme a invité AMESys et son avocat à répondre aux allégations mais n'a pas pu rentrer en contact avec l'entreprise. Nous indiquerons ici si nous recevons une réponse.

Article
5 August 2017

Amesys : les tribulations égyptiennes d'un marchand d’armes numériques français

Auteur: Olivier Tesquet, Télérama (France)

Après avoir vendu un système de surveillance électronique à la Libye de Mouammar Kadhafi, la société Amesys a changé de nom et d'actionnaire pour vendre ses services au nouveau pouvoir égyptien. Sans que l'Etat français y trouve quelque chose à redire...

[Stéphane Salies] [d]irecteur commercial d'Amesys au moment du scandale libyen, il vend peu après ses actions à deux holdings – Crescendo Industries et I2E – pour racheter l'entreprise, filiale du groupe Bull, qui souhaitait s'en délester...[I]l acquiert également la propriété intellectuelle des logiciels commercialisés par Amesys. En avril 2012, il enregistre les deux nouvelles entités : Nexa Technologies...et Advanced Middle East Systems (AMESys, filiation assumée), établie dans la zone franche de Dubai...

Nexa Technologies expédie la marchandise [le système de surveillance Cerebro, similaire au système Eagle utilisé en Libye], Advanced Middle East Systems en est le destinataire et le ministère de la Défense égyptien...l'utilisateur final.

[L'Egypte] détient toujours le record mondial des condamnations à mort, la surveillance, notamment électronique, s'intensifie. ...« Ces dernières années, le gouvernement et le secteur de la sécurité ont développé des outils et des méthodes pour pratiquer à la fois la surveillance de masse et l'espionnage ciblé », précise Ramy Raoof, un activiste membre de l'Initiative égyptienne pour les droits de la personne...

Tout lire

Article
5 July 2017

Espionnage : Amesys change de nom et continue ses activités en Égypte

Auteur: Louis Adam, ZDNet (France)

...Amesys avait...cédé à la Libye son système Eagle, un système d’interception des communications IP, qui avait été utilisé par les régimes pour identifier et arrêter des opposants politiques. Une révélation qui avait valu à la société de s’attirer les foudres médiatiques, mais aussi une enquête sur ses activités.

... La société a été rachetée à Bull par son nouveau dirigeant, qui en a profité pour la scinder en deux entité, dont l’une d’entre elles est baptisée Advanced Middle East Systems. Selon [Télérama], ces structures sont utilisées pour commercialiser une nouvelle solution, baptisée Cerebro, et qui se présente comme une version évoluée du système de surveillance IP proposé par Amesys...

La société propose donc à l’Égypte d’acquérir le système Cerebro...[qui] présente des capacités d’interception aussi bien sur les réseaux IP que sur les réseaux mobiles.

Ce type de technologie est théoriquement encadré par la réglementation en place autour des technologies dites « duales », terme utilisé pour designer des technologies pouvant présenter à la fois un intérêt dans le cadre civil, mais aussi militaire...[L]a commission chargée de valider ou non ces exportations refuse de s’exprimer sur le sujet et a décidé de considérer la technologie exportée par Amesys comme ne faisant pas partie des technologies duales...

Tout lire

Article
5 July 2017

Vente de matériel de surveillance par Amesys à l’Egypte : l’impunité doit cesser

Auteur: Fédération internationale des ligues de droits de l’Homme (FIDH)

L'entreprise Amesys fait l'objet d'une information judiciaire depuis 2011 en France pour avoir fourni au régime libyen un vaste système de surveillance électronique ayant permis l'identification d'opposants et de défenseurs des droits humains, arrêtés puis torturés. Les révélations apportées aujourd'hui par Télérama sur la fourniture d'un système semblable au gouvernement égyptien à partir de mars 2014 révèlent la persistance de l'impunité dont bénéficie l'entreprise.

...La FIDH et la LDH...demandent...aux autorités judiciaires compétentes d'étendre l'information en cours sur la fourniture de matériel de surveillance à la Libye au soutien de même nature apporté au régime égyptien...

Les révélations apportées...par l'enquête de Télérama sur la fourniture d'un système de surveillance...– avec la « bénédiction » des autorités françaises compétentes, qui ont refusé de se prononcer sur la demande de licence – au régime du Général Abdel Fatah Al-Sissi en Egypte constituent un nouveau scandale retentissant...Depuis l'accession au pouvoir d'Al-Sissi par un coup d'État en juillet 2013, de graves actes de torture, disparitions forcées, détentions arbitraires, et exécutions extrajudiciaires ont été rapportés...Les journalistes et ONG sont particulièrement ciblés...

Tout lire