Etat des lieux 5 ans après l'effondrement du Rana Plaza

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Article
15 April 2018

Rana Plaza, 5 ans après

Auteur: Eva Sas, Les Echos

Le 24 avril 2013 s'effondrait l'immeuble du Rana Plaza, au Bangladesh...Ce jour-là, 1135 salariés périssent dans l'effondrement d'un immeuble fissuré, construit sans permis, révélant au grand jour les conditions de travail indécentes de ces sous-traitants du bout de monde...Depuis, le législateur français n'est pas resté inerte puisque la loi sur le "devoir de vigilance" a été adoptée le 27 mars 2017...L'adoption de cette loi fut une nouvelle étape dans l'extension du champ de responsabilité des multinationales. C'est la reconnaissance du fait que...seule la responsabilité juridique, civile en l'occurrence, sur l'ensemble de la chaine de valeur peut contraindre à des actions concrètes...Et l'enjeu, c'est bien entendu la généralisation de ce devoir de vigilance au niveau international...L'autre enjeu, c'est aussi le troisième volet du triptyque Transparence/Responsabilité civile/Incitation, puisque c'est la complémentarité de ces trois instruments qui pourra faire évoluer le système capitaliste dans le sens d'une meilleure régulation. Or en matière d'incitation, aujourd'hui rien n'est fait pour encourager les entreprises au comportement responsable...

Tout lire

Article
24 April 2018

Rana Plaza, 5 ans après: L’heure du bilan

Auteur: Collectif éthique sur l'étiquette

Le 24 avril 2013 s’effondrait à Savar, dans la banlieue de Dacca, au Bangladesh, le Rana Plaza, un immeuble de 8 étages abritant 6 usines textiles, causant la mort de 1 138 ouvrier-e-s, en blessant plus de 2 000 parmi les 5 000 au moins qui y étaient employés...[T]rès rapidement à l’issue de la première année suivant l’effondrement, lorsqu’il s’est agi de reconsidérer un modèle de production aux impacts sociaux et environnementaux considérables, le pragmatisme économique, a repris le dessus. Business as usual...Ces éléments renforcent le constat de l’inefficacité de la seule soft law ou des seules initiatives volontaires pour responsabiliser l’activité de ces grands groupes à l’international et prévenir les drames sociaux ou environnementaux dans la mondialisation économique. Du point de vue des consommateurs, l’événement a conduit une prise de conscience citoyenne indéniable, qui doit désormais se traduire dans les comportements économiques d’achat...C’est pourquoi à la lumière du Rana Plaza, mais aussi des multiples violations des droits humains et atteintes à l’environnement moins spectaculaires mais continues, causées par l’activité des multinationales, une loi sur le devoir de vigilance était une nécessité ; et qu’elle doit désormais se traduire par un cadre international qui rende redevable toutes les multinationales, partout dans le monde, de ces atteintes, comme le prévoit le Traité onusien sur la question.

Tout lire

Article
25 April 2018

Cinq ans après le drame du Rana Plaza, la situation au Bangladesh a peu évolué

Auteur: Cécile Frangne, La Croix

« Le Rana Plaza n’est pas une catastrophe, c’est une tragédie causée par l’homme. » Kalpona Akter, ancienne travailleuse du textile et membre du syndicat Bangladesh Center for Workers Solidarity (BCWS) ne décolère pas...Des progrès indéniables ont été réalisés pour sécuriser les usines bangladaises, reconnaît-elle. Poussées par l’émoi de l’opinion internationale, près de 215 marques étrangères ont signé en 2013 un accord avec le patronat local et des organisations syndicales portant notamment sur la prévention des incendies...L’accord multipartite expirant en mai prochain, syndicats de travailleurs et ONG ont dû lutter pied à pied pour faire signer aux acteurs du secteur textile un texte de transition prolongeant ce système contraignant pour trois ans. Pour le moment, seules 150 enseignes ont accepté de se réengager...Le gouvernement bangladais et les fédérations de patrons y sont opposés..En février 2017, un mouvement de grève pour réclamer une hausse des salaires a provoqué l’arrestation de responsables syndicaux et le licenciement de 1 500 salariés. Neuf des onze usines concernées étaient des fournisseurs de la marque suédoise H & M.

Tout lire