Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Etats-Unis : Les entreprises de technologie disent qu’elles n’aideront pas à établir un registre des musulmans si l’administration Trump le leur demandait

Auteur: Le Monde (France), Publié le: 20 December 2016

« Pourquoi les géants du Web se prononcent soudain sur le fichage des musulmans », 19 décembre 2016

Twitter, Facebook, Apple, Google ou encore Uber ont annoncé qu’ils n’aideraient en aucun cas à établir un registre des musulmans américains si l’administration Trump le leur demandait…

Tout est parti d’un article du site américain The Intercept…[a]vec un titre ravageur :« Sur neuf entreprises tech, seule Twitter dit qu’elle refusera d’aider à établir un registre des musulmans pour Trump. »…

Seul Twitter avait accepté de répondre à la question, d’un simple « non ». Les autres n’avaient pas donné suite, à part Microsoft qui avait laconiquement répondu : « Nous ne nous prononcerons pas sur des hypothèses. »

…[Facebook] finit…par transmettre un communiqué à plusieurs médias dans lequel on peut lire : « Personne ne nous a demandé de construire de registre des musulmans, et bien sûr que nous ne le ferions pas. »

« On ne nous l’a pas demandé, et bien sûr que nous ne le ferions pas », a également annoncé Google…IBM, Lyft, Medium ou encore Uber ont fait part de la même position…

[Fait aussi référence à Medium, Oracle]

Tout lire

Entreprises concernées: Alphabet Apple Facebook Google (part of Alphabet) IBM Lyft Microsoft Twitter Uber