Ce contenu fait partie d’une histoire plus large, mais cette histoire n’est pas disponible dans votre langue. Nous vous recommandons quand même de lire ce contenu dans le contexte d’une des histoires suivantes :

Etats-Unis : Les entreprises privées qui gèrent les prisons misent sur la rentabilité et ne veulent pas de détenus avec des problèmes de santé trop coûteux à gérer

Auteur: Normand Lester, Le Journal de Montréal (Canada), Publié le: 11 July 2019

« Le complexe carcéral industriel US fait des affaires d'or », 10 juillet 2019

La détention dans des conditions scandaleuses des demandeurs d'asile, particulièrement des enfants seuls, a mis ces camps de concentration au cœur de l'actualité internationale. Une bonne partie d'entre eux appartiennent à des entreprises privées...

Il faut que ça soit rentable. Les prisons privées gardent les détenus à faible coût et renvoient les cas lourds, plus coûteux à gérer, dans les prisons publiques...Cinq des huit prisons privées de l’Arizona refusent absolument les détenus ayant «une capacité physique et une endurance limitées» ou des problèmes de santé chroniques. Elles ne veulent pas non plus de détenus avec des problèmes de santé mentale. Trop coûteux à gérer. Et quand des prisonniers malades nécessitent des frais médicaux accrus, les prisons privées invoquent des «exclusions contractuelles» pour les transférer dans des prisons d’État... 

Plusieurs scandales depuis 20 ans éclaboussent le complexe carcéral industriel américain. L’un des plus extraordinaires implique une prison privée pour mineurs de Pennsylvanie, de la Mid-Atlantic Youth Services Corporation. Cette répugnante entreprise est reconnue coupable, en 2009, d’avoir donné 2,8 millions de dollars de pots-de-vin à deux juges, pour qu’ils condamnent, sur une période de près de dix ans, 2000 enfants à des peines de prison pour des infractions insignifiantes, certaines n’étant même pas criminelles...

Tout lire