Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

France : Beaucoup d'entreprises négocient des accords financiers avec les victimes de harcèlement sexuel pour éviter les poursuites

Auteur: Claire Domenech, Capital (France), Publié le: 11 June 2019

« Harcèlement sexuel : comment les entreprises font taire les victimes », 8 juin 2019

Une femme sur cinq a déjà été confrontée au harcèlement sexuel sur son lieu de travail. C'est ce que révélait une enquête du Défenseur des droits en 2015. Des victimes dont le silence est souvent acheté...En effet, pour éviter les prud'hommes, nombre d'entreprises passeraient des transactions avec les salariées victimes de harcèlement sexuel. "Face au risque de médiatisation de ces dossiers qui sont graves, l'employeur veut faire en sorte que ce dossier puisse devenir confidentiel, en particulier quand ce sont de grandes entreprises. Et la manière de rendre un dossier confidentiel, c'est de signer une transaction", explique Maude Beckers, avocate spécialiste en droit des discriminations au travail.

Si aucun chiffre officiel sur le nombre d'indemnités versées par les entreprises n'est évoqué, plusieurs cabinets d'avocats, contactés par Franceinfo, indiquent que "les transactions peuvent représenter entre un quart et jusqu'à 90 % de leurs dossiers de harcèlement sexuel"...

...[F]ace au coût que représenterait une procédure, elles sont nombreuses à finalement accepter. "Ces femmes n'ont souvent pas les moyens d’aller en justice pour un procès long et très éprouvant, car cette affaire les a fragilisées. Elles ont perdu leur travail, et se retrouvent soit avec des allocations maladie soit avec une allocation chômage", explique l'avocate Rachel Saada...

Tout lire