France : Greenpeace porte plainte contre Leclerc pour des violences supposées contre ses militants dénonçant l'utilisation des pesticides dans l'agriculture ; avec la réponse de Leclerc

Crédit photo - Łukasz Kuchta

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Réponse
4 August 2016

Réponse de Leclerc

Auteur: Leclerc

Nous prenons bien note de vos commentaires. Nous souhaitons néanmoins apporter quelques précisions concernant les éléments relatés.

Concernant le Centre E. Leclerc de Bois d’Arcy, l’ensemble de nos centres est dans l’obligation d’assurer la sûreté de tous les visiteurs et de tous les employés de leurs magasins. Toute manifestation ayant lieu sans autorisation donne lieu à une intervention rapide du personnel de sécurité pour limiter les risques et assurer la sécurité sur site. Dans le contexte d'état d'urgence décrété en France, les lieux recevant du public ne peuvent laisser perdurer une situation qui suscite un désordre non prévu et qui mobilise inutilement l'attention et la disponibilité des services de sécurité. Par ailleurs, nous avons pris connaissance que Greenpeace aurait décidé de porter plainte contre le centre E. Leclerc de Bois d’Arcy. Nous n’avons à ce stade été notifiés d’aucun dépôt effectif de plainte par la gendarmerie. La direction du magasin de Bois d'Arcy répondra naturellement à ces accusations auprès des autorités et seulement auprès d’elles. 

Concernant la réduction des pesticides, nous rappelons fermement que l'ensemble des fournisseurs des centres E. Leclerc est dans l'obligation de respecter les réglementations françaises et européennes en vigueur quant à l'utilisation des pesticides. Nous favorisons également la mise en œuvre d’initiatives allant au-delà du cadre réglementaire pour ses marques de distributeur afin de limiter l’utilisation de produits phytosanitaires. Enfin, nous faisons du développement du bio une de nos priorités en 2016 en élargissant davantage l'assortiment des produits en magasins dans nos rayons épicerie et frais, en particulier les fruits et légumes. 
Pour plus d’info : http://www.e-leclerc.com/catalogue/information 

Article
7 July 2016

Bois-d'Arcy : Greenpeace porte plainte contre Leclerc après des violences

Auteur: Martine Bréson, France Bleu

…Greenpeace France porte plainte contre la société gestionnaire du magasin Leclerc de Bois-D'Arcy dans les Yvelines pour mise en danger délibéré de la vie d'autrui et violences volontaires. Le 22 juin 2016, des militants de Greenpeace menaient une action pour dénoncer l'utilisation des pesticides dans l'agriculture...Aidés par des salariés du magasin appelés à la rescousse, [les agents de sécurité du magasin] ont coupé les attaches des banderoles. Il y a eu des « bousculades, des menaces verbales et physiques » indique Greenpeace qui assure que « certaines personnes étaient armées de couteaux ou de cutters…Certains actes des salariés ou de la sécurité du magasin Leclerc sont irresponsables et inacceptables puisqu’il y a eu mise en danger de la vie d’autrui…» indique…Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France…Contactée par France Bleu 107.1, la direction de Leclerc a fait savoir qu'elle n'avait aucun commentaire à faire…

Tout lire

Article
24 June 2016

E. Leclerc recourt à la violence pour éviter d’affronter la vérité

Auteur: Greenpeace

« [S]uite aux actes de violences commis par les agents de sécurité de E.Leclerc et une partie des salariés du magasin E.Leclerc de Bois d’Arcy à l’encontre de nos activistes, nous avons décidé de porter plainte contre la société gestionnaire de ce magasin pour mise en danger délibérée de la vie d’autrui et violences volontaires. Nous avons rarement vu un tel niveau de violence lors de nos actions…Nous demandons à Michel-Edouard Leclerc de prendre ses responsabilités, de s’expliquer sur les actes commis dans l’un de ses magasins et de répondre à notre demande de réduire l’usage des pesticides dans la production de fruits et légumes …Face à nos activistes pacifiques, la direction de ce magasin E. Leclerc…a aussi “invité” ses salariés…à grimper sur le toit, en prenant des risques totalement inconsidérés, pour encercler les activistes en les menaçant d’user la violence s’ils bougeaient...Il en va de la protection du droit à la liberté d’expression [et] du droit à l’information…»

Tout lire