Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Vous êtes redirigé vers l’histoire dans laquelle le contenu a été trouvé pour que vous puissiez le lire dans son contexte. Veuillez cliquer sur le lien suivant si vous n’êtes pas automatiquement redirigé dans quelques secondes.
fr/france-lassemblée-nationale-adopte-la-loi-imposant-un-devoir-de-vigilance-aux-multinationales-pour-prévenir-les-atteintes-graves-aux-droits-de-lhomme-dans-leurs-chaînes#c158184

France : Le rôle de la direction juridique au sein des entreprises est essentiel pour la mise en application de la loi sur le devoir de vigilance

Auteur: Géraldine Dauvergne, Les Echos (France), Publié le: 1 June 2017

« Devoir de vigilance : le rôle clef du directeur juridique », 29 mai 2017

La loi sur le « devoir de vigilance », parue au « JO » le 28 mars dernier, oblige les grands groupes à mettre en place un « plan de vigilance. »...

La plupart du temps, les risques visés par cette loi s'inscriront dans la logique générale de gestion des risques de l'entreprise...[La direction juridique] veillera, par exemple, à ce que toutes les précautions nécessaires soient prises pour éviter sanctions judiciaires et autres risques juridiques...

C'est à la direction juridique qu'incombe le travail d'interprétation du nouveau texte, pas toujours clair ni exhaustif...

...« La direction juridique doit rappeler à sa propre entreprise son obligation de vérification », insiste Christophe Roquilly. Si le fournisseur ne peut donner satisfaction, et si aucun substitut sur le marché ne permet de le remplacer, « l'entreprise cliente a l'obligation, juridiquement, de l'accompagner »...

Les grands groupes français, grâce à leurs « soft law », codes de déontologie et chartes d'éthique, disposent déjà d'outils qui s'intégreront au plan de vigilance...

 

Tout lire

Entreprises concernées: Adecco Group