Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Gabon: Soumis à la pression des compagnies pétrolières, le pays révise son code des hydrocarbures pour le rendre plus attractif

Auteur: RFI, Publié le: 26 March 2018

Le Gabon entame, ce lundi, la révision de son Code des hydrocarbures. Adopté le 28 août 2014, il y a trois ans seulement, ce Code est très contesté par les compagnies pétrolières qui le jugent trop coercitif et peu attractif pour les investisseurs. Libreville a fait venir tous les ministres de pétrole de la sous-région et des experts de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP). Le but de la manœuvre est de faire venir des nouveaux investisseurs, car le Gabon a de nouveaux blocs pétroliers à vendre pour booster sa production pétrolière en déclin. Charles Tchen est l'un des plus grands experts pétroliers gabonais. Ancien cadre chez Elf et Shell, il a créé sa société de consulting et représente une dizaine de multinationales. Il combat l'actuel Code pétrolier : « Cette loi a été introduite en août 2014 et juste après le prix du pétrole a commencé à décliner. Il fallait, comme certains pays l’ont fait, revoir le Code ». Et pour Charles Tchen, plusieurs choses ne vont pas dans le bon sens dans ce Code : « Il est stipulé que l’Etat imposait 35% d’impôt sur la part de la société. Et sur un baril de pétrole produit, l’Etat gagne à peu près 81%. Depuis 2014, seuls deux contrats ont été signés au Gabon ». Si le code est révisé, l'expert est convaincu que les compagnies pétrolières vont revenir au Gabon : « Beaucoup aimeraient ! Il y en a qui attendent. Si la loi change, ils reviendront ». Le Gabon a atteint le pic de sa production en 1997 avec 390 000 barils par jour. Le déclin se poursuit, mais tous les analystes conviennent que le domaine pétrolier gabonais peut encore révéler de grandes surprises.

Tout lire

Entreprises concernées: Elf Aquitaine (now part of Total) Shell Total