Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Ce contenu fait partie d’une histoire plus large, mais cette histoire n’est pas disponible dans votre langue. Nous vous recommandons quand même de lire ce contenu dans le contexte d’une des histoires suivantes :

Gestion des ressources naturelles de la République démocratique du Congo – du pillage au partage de la prospérité

Auteur: Aliou Diouf, Chercheur et représentant pour l'Afrique francophone, Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l'Homme, Publié le: 25 November 2014

A sa cinquième conférence annuelle en l’honneur de Mary Robinson organisée le 31 octobre à New York, le Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme s’est penché sur la thématique « Gestion des ressources naturelles de la République démocratique du Congo – du pillage à la prospérité inclusive ». Emmanuel Umpula Nkumba, le directeur exécutif de African Resources Watch (AFREWATCH), une ONG de la RDC qui œuvre pour le respect des droits de l’homme par les entreprises minières, était le principal conférencier. Sa présentation portait sur les voies de recours offertes aux victimes d'abus des industries extractives. Emmanuel a souligné que l’exploitation des ressources naturelles en RDC est à l’origine de nombreux problèmes sociaux et environnementaux, parmi lesquels des délocalisations forcées et sans indemnisation adéquate, des accaparements de terres, la destruction de la faune et de la flore et la pollution de l’air et des sols. Dans certains cas, l’activité minière s’accompagne également de sérieuses exactions commises sur les populations locales par les forces de l’ordre avec la complicité des entreprises. AFREWATCH a comme mission d’accompagner les victimes de telles exactions en justice, mais les voies de recours dans le droit congolais sont semées d’embûches. Et la tâche n’est pas moins hardie devant les tribunaux étrangers. Emmanuel est revenu sur deux affaires parmi celles qu’il a suivies dans son travail : les massacres de Kilwa en 2004 [qui impliquait Anvil Mining (maintenant une filiale de China Minmetals)] et la destruction du village de Kawama en 2009 [supposément soutenue par CMSK (à l'époque une joint venture de George Forrest International et Gécamines)].
[faut aussi référence à Soco International, SOGUIPAH, Herakles Farms (part of Herakles Capital), Tenke Fungurume Mining (joint venture Freeport-McMoRan, Lundin Mining, Gecamines), Delta Protection, Motorola Solutions] 

Télécharger le document

Entreprises concernées: Anvil Mining (part of China Minmetals) China Minmetals Delta Protection Freeport-McMoRan Gécamines Groupe Forrest International Herakles Capital Herakles Farms (part of Herakles Capital) Lundin Mining Motorola Solutions SOCO International Tenke Fungurume (joint venture China Molybdenum, BHR Partners, Gécamines)