Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Guinée équatoriale : Un défenseur des droits humains gravement menacé de mort

Auteur: Publiez Ce Que Vous Payez et 17 autres organisations, Publié le: 26 March 2019

« Un éminent défenseur des droits humains gravement menacé de mort en Guinée équatoriale », 19 mars 2019

Un groupe d'organisations de la société civile des droits de l'homme et de lutte contre la corruption* est consterné par la détention illégale et l'assignation à résidence du défenseur des droits humains Alfredo Okenve Ndoho le jour même où il était censé recevoir le Prix franco-allemand des droits de l'homme lors d'une cérémonie organisée par l'Ambassade de France à Malabo vendredi dernier. Des sources et des incidents antérieurs indiquent qu'il fait face à de graves menaces de mort.

Alfredo est un éminent défenseur des droits de l'homme qui a dénoncé sans relâche les pratiques de corruption et les violations des droits de l'homme en Guinée équatoriale, en soulignant notamment les problèmes de transparence liés aux industries extractives. Il est vice-président de l'ONG Centre des études et des initiatives pour l'éducation (CEID).

...Le [15 mars], alors qu'il cherchait à quitter le pays de toute urgence, craignant pour sa vie, Alfredo a été arrêté au bureau de contrôle des passeports de l'aéroport de Malabo. Huit agents de sécurité l'ont secrètement emmené à Bata et menotté à bord d'un avion militaire. Une fois à Bata, il a été conduit dans un lieu tenu secret jusqu'à ce que ses chauffeurs décident de rentrer en ville pour le conduire à son domicile de Bata, où il est assigné à résidence depuis. Il a reçu pour instruction de ne quitter son domicile en aucune circonstance. Son passeport et son téléphone portable ont été saisis par la police.

 

Tout lire