Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Guinée: Des régions riches en ressources naturelles sont pauvres car les autorités locales gèrent mal les taxes payées par les entreprises minières, selon un expert

Auteur: Oumar M’Böh, Aminata.com (Guinée), Publié le: 24 April 2018

"Dinguiraye et Kindia : les deux préfectures miséreuses malgré leurs ressources !", 24 avril 2018

 Les Préfectures de Dinguiraye et Kindia situées respectivement en Haute Guinée et en Basse Guinée font partie des préfectures les plus pauvres de la Guinée, cela malgré leur richesse...Selon le Coordinateur de Programmes de l’ONG Action Mines Guiné, Mamadou Lamarana Diallo : « Les taxes qui sont versées par les compagnies minières au niveau de certaines collectivités notamment Dinguiraye et Kindia sont très mal gérées. Nous avons vu des obligations qui sont des taxes superficiaires qui sont reçues directement par les collectivités et qui sont gérées directement par ces mêmes collectivités locales. Ces dernières années il y a des montants qui sont énormes qui sont versées au niveau des collectivités et l’impact n’est pas visible ni significatif dans les préfectures de Dinguiraye et de Kindia. Celle de Dinguiraye par exemple reçoit chaque année plus de 15 milliards de francs guinéens qui sont gérés entre la Préfecture, la Compagnie Minière qui est la Société Minière de Dinguiraye (SMD) et les collectivités. Mais, si vous vous rendez sur le terrain et vous leur demandez qu’est-ce qu’ils ont fait de ces 15 milliards par an ? On vous montrera des maisons rénovées à 300 millions ; la rénovation des maisons de certains cadres, notamment le Préfet, les secrétaires généraux à des millions de francs guinéens ; alors que ces montants ne sont pas destinés à ça. Donc, on ne voit pas l’impact sur le terrain dans la préfecture de Dinguiraye ». Il poursuit en disant que : « C’est presque le même constat dans la préfecture de Kindia où évolue certaines sociétés aussi. À Kindia plus précisément dans la Commune Rurale de Mambia, chaque année cette localité reçoit des montants qui sont énormes et si vous partez à Mambia vous leur demandez qu’est-ce qu’ils ont fait de ces montants depuis des années et qui sont versées par la CBK (Compagnie des Bauxites de Kindia), ils vont vous montrez des rénovations du siège de la CR, la maison du CR ou d’un forage. Donc, ce sont ces genres d’actions qui ne sont pas lisibles et visibles qu’on a constaté », a-t-il déploré...Désormais, ces taxes seront gérées par le fond de développement économique local, cette décision enchante le coordinateur de programme de l’ONG AMINES : « nous sommes très content que la gestion de ces montants revient à ce fond de développement local. Parce qu’avant on a constaté qu’il y a un vide juridique qui ne disait pas son...».

 

Tout lire