Huile de palme au Cameroun : assignation du Groupe Bolloré dans l’affaire Socapalm

Auteur: Sherpa (France), Publié le: 27 May 2019

...les juridictions françaises doivent ordonner au groupe Bolloré de respecter ses engagements en faveur des riverains et travailleurs des plantations de Socapalm...« L’exploitation de l’huile de palme a un impact ravageur sur la santé, la pollution, la déforestation et les droits des travailleurs mais aucune action ne semble avoir réussi à ce jour à faire bouger les pratiques des géants de l’agroalimentaire. Nos organisations se tournent donc vers le pouvoir judiciaire pour tenter de faire respecter ces droits fondamentaux » selon Sandra Cossart, directrice de Sherpa. Aujourd’hui, dans une action judiciaire inédite, Sherpa et les organisations ReAct, GRAIN, FIAN-Belgium, Pain pour le prochain...assignent devant le Tribunal de Grande instance de Nanterre la société BOLLORÉ S.A pour la contraindre à mettre en œuvre un plan d’action au Cameroun. Nous demandons au juge français d’obliger le groupe Bolloré à exécuter ses engagements pris en 2013 envers les communautés riveraines et les travailleurs des plantations de la Socapalm, entreprise d’exploitation d’huile de palme au Cameroun directement liée au groupe...

Sherpa travaille sur ce cas depuis 2010. Nous avons accompagné les communautés dans la négociation et la rédaction du plan d’action et avons accepté de négocier avec le groupe Bolloré. Pour Sherpa, il était alors encore plausible que les négociations puissent aboutir à l’amélioration des conditions de vie et de travail. Mais les entreprises qui pouvaient sembler de bonne volonté peuvent se décharger de leurs engagements de façon unilatérale, et les mécanismes non contraignants comme celui de l’OCDE n’ont pas le pouvoir de les contraindre. Dans ces cas, l’impunité pourrait être totale. Après le refus du groupe Bolloré d’exécuter le plan d’action, nous avons imaginé une stratégie judiciaire ambitieuse, à la hauteur de l’enjeu auquel nous faisons face sur la responsabilité des multinationales...

Les conditions de travail et de logement sont également problématiques. Les travailleurs manquent d’équipement de sécurité et les moyens de transports pour se rendre sur leur lieu de travail seraient risqués. Les logements devaient être entièrement rénovés pour offrir aux travailleurs des conditions dignes d’hébergement, sans que ce point ne soit non plus respecté.

Tout lire