Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Vous êtes redirigé vers l’histoire dans laquelle le contenu a été trouvé pour que vous puissiez le lire dans son contexte. Veuillez cliquer sur le lien suivant si vous n’êtes pas automatiquement redirigé dans quelques secondes.
fr/résumé-du-procès-eternit-exposition-à-lamiante-en-italie#c188895

Italie : Le Tribunal de Turin condamne Stephan Schmidheiny pour deux décès de l’amiante dans l’affaire Eternit

Auteur: ATS, Le Temps (Suisse) , Publié le: 23 May 2019

« Procès Eternit en Italie : Stephan Schmidheiny condamné à quatre ans de prison », 23 mai 2019 

Le tribunal de Turin a condamné jeudi l’entrepreneur suisse Stephan Schmidheiny à quatre ans de prison dans l’une des procédures liées aux décès de l’amiante en Italie. Il était jugé pour homicide involontaire.

La procédure porte sur la mort de deux employés de l’entreprise Eternit Italia S.p.a. Gênes dans l’usine de Cavagnolo, près de Turin, a rapporté l’agence italienne Ansa. Le groupe Eternit SEG, dirigé par Stephan Schmidheiny, avait été, de 1973 à sa faillite en 1986, le plus grand actionnaire puis l’actionnaire principale de la société italienne.

Les avocats de l’homme d’affaires dénoncent des accusations « grotesques ». Selon eux, ce procès violait les droits humains fondamentaux de l’accusé : dans la convention européenne des droits de l’homme est ancré le principe de l’interdiction du «non bis in idem» d’après lequel nul ne peut être poursuivi ou puni pénalement (une seconde fois) à raison des mêmes faits.

L’homme d’affaires suisse avait déjà dû affronter un premier procès en février 2012. Il avait alors été condamné à seize ans de prison pour avoir provoqué la mort de près de 3000 personnes, ouvriers ou riverains d’usines du groupe Eternit S.p.a Gênes.

En juin 2013, cette peine avait été alourdie en appel à 18 ans de prison. La Cour d’appel avait également reconnu plusieurs dizaines de millions d’euros de dédommagements aux nombreuses parties civiles. La Cour de cassation avait toutefois acquitté M. Schmidheiny en novembre 2014, jugeant les faits prescrits.

Tout lire

Entreprises concernées: Eternit (Switzerland)