Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

La Côte d'Ivoire et le Ghana mettent la pression sur l'industrie chocolatière pour maintenir le prix plancher qui est de 2600 dollars la tonne de cacao

Auteur: Claire Fages, RFI, Publié le: 1 October 2019

"Le bras de fer continue entre les géants africains du cacao et l'industrie", 1er octobre 2019

La journée mondiale du cacao marque le début de la récolte au Ghana et en Côte d'Ivoire. Mais c'est le prix plancher de l'an prochain qui préoccupe toute la filière...C'est la récolte suivante, celle qui sera lancée en octobre 2020, et pour laquelle Ghana et Côte d'Ivoire ont imposé un prix plancher de 2600 dollars, qui est dans toutes les têtes... 

La bonne volonté que l'industrie chocolatière affichait cet été tarde à se concrétiser. Tant qu'ils n'ont pas la garantie de pouvoir répercuter sur le consommateur, c'est-à-dire sur la grande distribution, le surcoût éventuel, par rapport au marché à terme, les grands chocolatiers comme les négociants traînent des pieds. D'autant que ce surcoût peut varier énormément, de 140 livres sterling entre le marché à terme et le prix plancher en mars prochain, à 450 livres en octobre 2020. Les acheteurs ne veulent pas se retrouver avec des positions excessives où ils prendraient des risques...

Le bras de fer se poursuit donc entre le nouvel OPEP du cacao et l'aval de la filière. Les négociations portent en ce moment sur un assouplissement par les États producteurs de leur prime d'origine, 120 livres sterling en 2020 pour le cacao de Côte d'Ivoire, 210 livres pour l'origine ghanéenne. Un assouplissement qui permettrait d'amortir le coût du « différentiel de revenu vital » exigé par le Ghana et la Côte d'Ivoire, à partir de 2020, soit 400 dollars la tonne, destinés aux producteurs.

 

Tout lire