Ce contenu fait partie de plusieurs histoires. Nous vous recommandons de lire ce contenu dans le contexte des histoires suivantes :

La FIDH appelle à une régulation européenne des technologies de surveillance pour empêcher qu’elles soient utilisées dans des violations des droits de l’homme

« Technologies de surveillance "Made in Europe" : Réguler pour prévenir les violations de droits humains », 1er décembre 2014

Alors que les 41 états de l’Arrangement de Wassenaar pour le contrôle des exportations d’armes conventionnelles et de biens et technologies à double usage se réunissent demain pour la réunion plénière de décembre…la FIDH publie sa note de position « Technologies de Surveillance “Made in Europe” : Réguler pour prévenir les violations des droits humains ». La FIDH appelle l’UE et la communauté internationale à réguler de manière effective l’exportation des technologies de surveillance utilisées par des gouvernements répressifs pour commettre des violations des droits humains. Le cas Amesys et d’autres révélations récentes au sujet de l’implication présumée d’entreprises ICT dans la vente de technologies de surveillance à des régimes autoritaires ont soulevé des inquiétudes quant à l’augmentation de l’utilisation de ces technologies par des gouvernements pour systématiquement persécuter des défenseurs des droits humains, des dissidents et des opposants politiques. Ces technologies de surveillance sont utilisées à des fins de répression dans de nombreux pays…

Tout lire

Entreprises concernées: AMESys (Advanced Middle East Systems, formerly Amesys (part of Bull)) Bull (part of Atos)