La privatisation des centres de détention de migrants a des effets négatifs sur les conditions de détention et de travail

Auteur: Olivier Petitjean, Observatoire des multinationales (France), Publié le: 19 January 2017

« La détention des migrants, un business en pleine expansion », 11 janvier 2017

Les centres de détention administrative de migrants sont de plus…privatisés, avec des conséquences négatives sur les conditions d’hébergement et les conditions de travail des employés, et plus largement sur le respect des droits et de la dignité humaine…[D]es entreprises privées nationales ou multinationales profitent d’un marché estimé à un milliard d’euros par an.

…Des multinationales comme G4S, Serco ou Geo ont pris leur essor grâce aux privatisations britanniques et ont étendu leurs activités ailleurs dans le monde, comme en Australie, aux États-Unis, et désormais en Grèce pour G4S. La française Sodexo s’est également impliquée dans le secteur, vu comme une extension de ses activités dans les prisons. Gepsa, filiale d’Engie déjà très présente sur le marché de la détention des migrants (comme sur celui des prisons) en France, est également devenue leader en Italie…

La course à la réduction des coûts a également des conséquences sur les conditions de travail…[L]a logique de privatisation renforce également la situation de non-droit dans laquelle se trouvent déjà de fait les migrants détenus, en diluant les responsabilités entre pouvoirs publics et prestataires privés…

[Fait aussi référence à Acuarinto, Bouygues, Elior, Onet, Veolia, Vinci]

 

Tout lire

Entreprises concernées: Bouygues Engie (formerly GDF Suez) G4S GEO Group Serco Sodexo Veolia (formerly Vivendi Environnement) Vinci