Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

La société civile interpelle Bolloré sur l’impact des activités de Socfin en Afrique et en Asie; avec les déclarations de Bolloré

credit Eros Sana

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Document
14 November 2016

‘Rail’-le-bol dans les plantations de Bolloré-Socfin

Auteur: Association ReAct (Réseau pour l’Action Collective Transnationale) (France)

Le Lundi 14 novembre, des centaines de riverains des plantations Socapalm/Safacam exigent des compensations justes pour les terres occupées et paralysent quatre plantations et une usine de la Socfin détenue à 38,8% par le groupe Bolloré. Deux ans après avoir été reçu par le groupe Bolloré à Paris, Emmanuel Elong, président de la Synaparcam, association de riverains des plantations de Socfin/Bolloré au Cameroun, ne décolère pas : Aucun engagement n’a été tenu. A la Camrail, comme dans les plantations, la gestion du groupe Bolloré en Afrique est totalement irresponsable. Les résidents, ayant ‘rail-le-bol’ de se plaindre, d’attendre des réponses et de voir venir aucune action ont décidé de passer à l’acte...100 ressortissants des villages riverains de la plantation de palmiers à huile et d’hévéas Safacam...se sont rassemblés devant l’usine pour empêcher les camions du personnel d’aller chercher les travailleurs. Ils ont ainsi paralysé le travail sur l’usine et l’ensemble de la plantation...les représentants des communautés locales des 13 villages riverains de la Socapalm à la Kienké, ont marché...400 riverains venant d’une troisième plantation ont également marché de la plantation jusqu’à la Préfecture de Dibombari...Tous, aujourd’hui, se sont levés pour dénoncer le blocage du dialogue et les promesses non tenues par l’ensemble de la pyramide : depuis la secrétaire générale du groupe Bolloré jusqu’au directeurs locaux de la Socfin.

Tout lire

Article
17 June 2016

Sierra Leone : Six défenseurs du droit à la terre libérés grâce à la solidarité citoyenne

Auteur: Manuel Eggen, FIAN Belgique

Des organisations de la société civile demandent de mettre fin à l’accaparement des terres par la société agroindustrielle Socfin et de protéger les droits des communautés. Ce 16 juin 2016, un groupe d’organisations de la société civile sierra leonaise, a organisé une conférence de presse à Freetown, pour célébrer la libération des 6 activistes de MALOA (Malen Land Owners and Users Association), qui défendent les droits des communautés de Malen suite à l’accaparement de leurs terres par l’entreprise Socfin Agricultural Company Ltd., une filiale du groupe belgo-luxembourgeois Socfin. Une pétition a également été remise au Président de la Sierra Leone en soutien de la lutte des MALOA et demandant que cesse leur criminalisation. Ce même jour, des membres ouest-africains de la Convergence globale des luttes pour la terre, l’eau et les semences et des organisations de la société civile internationale ont envoyé une lettre au Président de Sierra Leone demandant qu’il soit mis fin aux abus et aux violations du droit à l’alimentation et à la nutrition des communautés...Depuis 2011, Socfin Agricultural Company a acquis plus de 18.000 ha...pour une plantation industrielle de palmiers à huile...En février 2016, après plus de deux ans de procès, 6 leaders de MALOA ont été condamnés de 5 à 6 mois de prison ou à des amendes totalisant plus 35.000$...Grâce à cette solidarité citoyenne ils ont pu être libérés entre février et mai 2016. « Nous nous réjouissons d’avoir pu contribuer à cette libération, qui permettra d’apaiser la colère des communautés de Malen » a déclaré Joseph Rahall, directeur exécutif de Green Scenery, une organisation environnementale et de défense des droits humains en Sierra Leone. « Nous sommes maintenant de retour pour continuer à défendre les droits de nos frères et sœurs de Malen et à rechercher une solution pacifique au conflit » a déclaré Shiaka Sama, un des 6 membres exécutif emprisonné et porte-parole de MALOA.

Tout lire

Article
6 June 2016

Des riverains de plantations d’huile de palme bloquent l’AG du groupe Bolloré

Auteur: Eros Sana, Observatoire des multinationales (France)

...Le 3 juin au matin, pendant près de trois heures, une centaine de manifestants sont venus pacifiquement bloquer différentes entrées du siège [de Bolloré] l’un des plus puissants groupes français. Ces personnes ont tenté d’interpeller les actionnaires du groupe Bolloré qui se rendaient à leur assemblée générale.

Représentant des organisations de la société civile en France (Confédération paysanne, ReAct, Survie etc.), mais aussi au Cameroun, au Congo démocratique, en Sierra Léone, en Côte d’Ivoire et au Cambodge, ces hommes et ces femmes veulent attirer l’attention sur les conditions d’exploitations de milliers d’hectares de plantations par des filiales de sociétés dans lesquelles le groupe Bolloré détient une participation déterminante.

Particulièrement visée, la société luxembourgeoise Socfin, dont l’actionnaire principal est le groupe Bolloré, avec 39 % des parts...qui détient ou exploite des plantations industrielles de palmiers à huile et d’hévéas dans de nombreux pays d’Afrique et d’Asie. Depuis 2008...elle connaît une expansion continue. Avec des conséquences sur la vie des riverains des exploitations et, à la clef, de nombreux conflits sociaux.

...[L]’Alliance Internationale des Riverains des plantations Bolloré-Socfin, ils dénoncent, entre autres, « l’accaparement aveugle des terres ne laissant aux riverains aucun espace vital et mise en terre de cultures vivrières », ainsi que « la faiblesse des compensations accordées aux populations riveraines »...

Un porte-parole du groupe a cependant déclaré...que « cette manifestation est une recherche de spectaculaire qui était inappropriée car le groupe Bolloré est un actionnaire minoritaire, non gestionnaire de la Socfin »...

Tout lire

Article
3 June 2016

Manifestation devant la tour Bolloré contre l'accaparement de terres en Asie et en Afrique

Auteur: AFP

Plusieurs dizaines de militants dénonçant l'accaparement de terres en Afrique et en Asie par une holding dont Bolloré est actionnaire ont perturbé vendredi les arrivées à l'assemblée générale du groupe...

Le groupe Bolloré a indiqué à l'AFP qu'il avait "décidé de porter plainte contre les organisations qui ont manifesté ce matin à l'occasion de l'assemblée générale du groupe" pour "viol de propriété" et "destruction de matériel". 

La Socfin, holding luxembourgeoise dont le capital est détenu à 39% par Bolloré, possède des plantations de palmiers à huile et d'hévéas dans plusieurs pays africains, RDC, Liberia, Cameroun, Côte d'Ivoire, Sierra Leone..., ainsi qu'en Indonésie et au Cambodge. 

Les militants, coordonnés par l'ONG française ReAct sur demande de l'Alliance internationale des riverains des plantations Socfin Bolloré, dénonçaient "les expansions continues" de ces plantations, "le plus souvent au détriment des communautés locales"...

Les militants souhaitaient "obtenir un engagement du groupe à rouvrir la discussion", mais le groupe Bolloré "a refusé de recevoir une délégation", selon ReAct...

"Cette manifestation est une recherche de spectaculaire qui était inappropriée car le groupe Bolloré est un actionnaire minoritaire, non gestionnaire de la Socfin", a indiqué un porte-parole à l'AFP...

Tout lire