Vous êtes redirigé vers l’histoire dans laquelle le contenu a été trouvé pour que vous puissiez le lire dans son contexte. Veuillez cliquer sur le lien suivant si vous n’êtes pas automatiquement redirigé dans quelques secondes.
fr/la-surveillance-de-google-et-facebook-est-incompatible-avec-le-droit-à-la-vie-privée-selon-un-rapport-damnesty-international#c199236

La surveillance intrusive exercée par Facebook et Google : un danger sans précédent pour les droits humains

Auteur: Amnesty International France, Publié le: 20 November 2019

La surveillance omniprésente exercée par Facebook et Google sur des milliards de personnes représente une menace systémique pour les droits humains, avertit Amnesty International dans un nouveau rapport qui prône une mutation radicale du modèle économique choisi par ces géants de la technologie.

Intitulé Surveillance Giants, ce rapport explique que le modèle économique fondé sur la surveillance mis en place par Facebook et Google est par nature incompatible avec le droit à la vie privée et représente une menace structurelle pour toute une série d’autres droits, notamment les droits à la liberté d’opinion, d’expression et de pensée, ainsi que les droits à l’égalité et à la non-discrimination...

Les plateformes Google et Facebook s’appuient sur des systèmes d’algorithmes qui traitent d’énormes volumes de données pour dresser les profils très détaillés des utilisateurs et façonner leur navigation en ligne. Les annonceurs paient alors Facebook et Google pour pouvoir cibler les utilisateurs à coups de publicités ou de messages précis...

[Les gouvernements] doivent promulguer des lois pour empêcher des entreprises comme Google et Facebook de conditionner l’accès à leurs services au fait d’« accepter » la collecte, le traitement ou le partage des données personnelles aux fins de marketing et de publicité. Ces entreprises sont tenues de respecter les droits humains, quels que soient le lieu où elles sont implantées et la manière dont elles mènent leurs activités.

Facebook et Google ont contesté nos conclusions. Leurs réponses figurent dans ce rapport.

Tout lire