Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Vous êtes redirigé vers l’histoire dans laquelle le contenu a été trouvé pour que vous puissiez le lire dans son contexte. Veuillez cliquer sur le lien suivant si vous n’êtes pas automatiquement redirigé dans quelques secondes.
fr/france-lentreprise-lafarge-mise-en-examen-dans-laffaire-de-financement-de-terrorisme-présumé-en-syrie#c174063

Lafarge SA convoqué devant les juges pour ses activités en Syrie en vue d'une possible mise en examen

Auteur: France Info, Publié le: 28 June 2018

L'entreprise Lafarge SA est convoquée, jeudi 28 juin, devant les juges d'instruction en vue d'une possible mise en examen dans l'affaire de financement de terrorisme présumé en Syrie, selon les informations de franceinfo et de France Inter. L'audition était à l'origine prévue le 5 juin, mais Lafarge SA, la holding actionnaire de la filiale syrienne mise en cause, avait demandé un report après la démission de son PDG...Lafarge a reconnu avoir versé 13 millions d'euros à des groupes armés, dont l'organisation État islamique, pour faire tourner son usine de Jalabiya (Syrie) en pleine guerre et au moins jusqu'à sa prise par le groupe terroriste en septembre 2014. Les juges n'excluent pas que les fonds versés par le cimentier à Daech aient pu financer les attentats de 2015 à Paris...Huit cadres ou anciens dirigeants de Lafarge sont déjà mis en examen pour avoir financé des groupes terroristes et/ou pour avoir mis en danger leurs salariés syriens.

Tout lire