abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

21 Oct 2021

Auteur:
France Culture

[audio] Que risquent Total et Elf pour leur rôle face au réchauffement climatique ?

D’après une étude réalisée par deux chercheurs Français et un Américain publiée mercredi 20 octobre 2021, dans la revue scientifique Global Environmental Change, Total et Elf ont sciemment minimisé leur impact sur le climat. Dès 1971, ces grands industriels de l’exploitation d’énergies fossiles avaient connaissance des conséquences de leur activité sur le réchauffement climatique. Qu’ont-ils fait de ces connaissances ? Courent-ils aujourd’hui un risque juridique ? Peuvent-ils être poursuivis pour leur rôle face au réchauffement climatique ?

Guillaume Erner reçoit François de Cambiaire, avocat au barreau de Paris, associé du cabinet Seattle, spécialiste des contentieux de droits humain et d’environnement, expert auprès du Centre Européen de Droit Economique de l'ESSEC où il enseigne la Responsabilité Sociale des Entreprises.

Le cabinet d'avocats Seattle défend plusieurs ONG et collectivités territoriales qui ont déjà assigné Total en justice au nom de la loi sur le devoir de vigilance des grandes entreprises.

Story Timeline