abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

17 Nov 2022

Auteur:
Middle East Eye

France : Carrefour signe un accord avec des enseignes israéliennes implantées dans les colonies

"Carrefour est « complice et acteur de la colonisation israélienne », selon un rapport associatif", 17 novembre 2022

Le groupe français Carrefour, l’un des leaders mondiaux de la distribution alimentaire, est accusé par plusieurs ONG de devenir « complice et acteur de la colonisation israélienne ».

Le mercredi 16 novembre, l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), Al-Haq, la Confédération générale du travail (CGT), la Fédération commerces et services de la CGT, la Ligue des droits de l’homme, la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine et l’Union syndicale Solidaires ont publié un rapport intitulé « Les liaisons dangereuses du groupe Carrefour avec la colonisation israélienne ».

Le 6 mars 2022, le géant Carrefour a finalisé la signature d’un accord de franchise en Israël avec la société israélienne Electra Consumer Products et sa filiale Yenot Bitan. Les enseignes Carrefour pourront ainsi s’installer en Israël avant la fin de l’année 2022 et tous les magasins Yenot Bitan, « plus de 150 à ce jour », pourront avoir accès aux produits de marque Carrefour avant l’été.

…Or, souligne le rapport des ONG, « au moins trois des magasins de l’enseigne Yenot Bitan sont implantés dans les colonies israéliennes en territoire palestinien occupé, toutes illégales au regard du droit international, ce qui entraînera, dans ces colonies, la présence de boutiques contractuellement reliées à Carrefour, et proposant des produits Carrefour ».

…Les ONG rappellent que l’accord passé par Carrefour et ses partenaires israéliens est « contraire aux obligations des entreprises en matière de droits humains et de respect du droit international humanitaire qui découlent des Conventions de Genève de 1949, et qui sont précisées par les Principes directeurs de l’ONU et par les Principes directeurs de l’OCDE ».

…Le groupe français, a réagi dans un email envoyé au quotidien Ouest-France : « Carrefour n’exerce aucune activité directement en Israël et n’a aucune participation capitalistique dans Yenot Bitan. Le groupe respecte les exigences juridiques qui s’imposent à un franchiseur »…