abusesaffiliationarrow-downarrow-leftarrow-rightarrow-upattack-typeburgerchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-upClock iconclosedeletedevelopment-povertydiscriminationdollardownloademailenvironmentexternal-linkfacebookfiltergenderglobegroupshealthC4067174-3DD9-4B9E-AD64-284FDAAE6338@1xinformation-outlineinformationinstagraminvestment-trade-globalisationissueslabourlanguagesShapeCombined Shapeline, chart, up, arrow, graphlocationmap-pinminusnewsorganisationotheroverviewpluspreviewArtboard 185profilerefreshIconnewssearchsecurityPathStock downStock steadyStock uptagticktooltiptwitteruniversalityweb
Article

28 Sep 2022

Auteur:
Paulina Zidi, RFI

RDC: Un film retrace les conséquences sociales et environnementales de l'exploitation artisanale du cobalt

"RDC: «Cobalt, l’envers du rêve électronique» ou la face cachée de son exploitation", 28 septembre 2022

Ce documentaire est le fruit de trois ans d’investigations sur l’impact de la filière cobalt en RDC et les conséquences de la politique européenne en matière d’évolution du secteur automobile.

Remplacer tous les véhicules à combustion par des véhicules électriques dans l’Union en 2035, c’est la politique européenne que les réalisateurs du film ont voulu questionner. Avec ce besoin grandissant, vient la production à grande échelle de batterie et donc la nécessité de produire toujours plus de cobalt, élément indispensable de leur composition et qui garantit leur stabilité. Un minerai que l’on retrouve principalement dans les sous-sols de la République démocratique du Congo qui produit actuellement de 60% à 70% de la production mondiale.

Le film fait alors étape à Kolwezi où se trouve les principales mines du pays, qu’elles soient la propriété de grands industriels, comme Glencore ou Eurasian Resource Group, ou de milliers de mineurs artisanaux. Et dans la « capitale mondiale du cobalt », c’est la réalité de son extraction que le documentaire donne à voir. Il y est question du travail des enfants, mais explique l’un des réalisateurs, « ce n’est que l’arbre qui cache la forêt ». Le secteur est gangréné par corruption, les atteintes aux droits de l’homme et les creuseurs sont à la merci du monopole des acheteurs chinois qui tirent les prix vers le bas...

On retrouve aussi toute une problématique autour de l’environnement et de la toxicité de cette exploitation avec des populations congolaises très exposées. Une équipe de l’université de Lubumbashi a mis en place un programme pour étudier l’impact de cette activité sur l’air et les corps. Ce qui fait craindre au professeur Célestin Banza que le Congo, autrefois « scandale géologique » pour toutes les richesses qu’il possède, ne devienne un « scandale environnemental et toxicologique ».

Devant ces réalités, les industriels de l’automobile tentent désormais de trouver de nouvelles filières. En Europe, les regards se tournent notamment vers la Finlande. Le film montre les inquiétudes de ses habitants face à ce qu’ils considèrent comme une nouvelle menace écologique...