Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Le Groupe Bruxelles Lambert fait face à de nombreuses accusations de violations des droit de l'homme et de l'environnement

Auteur: Olivier Petitjean, Observatoire des Multinationales, Publié le: 10 December 2018

« Comment gagner 5 milliards ? Albert Frère, de la sidérurgie wallonne à la guerre civile en Syrie», 5 décembre 2018

...Après avoir engrangé les profits sur fond de déclin de la sidérurgie belge au tournant des années 1970 et 1980, [Albert Frère] se sera taillé un rôle international en nouant des liens étroits avec le CAC40 et en revendant les fleurons belges à des multinationales françaises...

Celui qui était ou avait été l’un des principaux actionnaires de Total, Engie, Lafarge ou encore Pernod Ricard [détient aussi le Groupe Bruxelles Lambert (GBL), une holding qui] brasse un portefeuille financier évalué à 19 milliards d’euros [mais qui] reste inconnue du grand public...

Avec l’affaire Lafarge, c’est une autre zone d’ombre de l’héritage d’Albert Frère qui se révèle : de plus en plus internationalisées, ses affaires se sont aussi traduites par de nombreuses atteintes aux droits humains et à l’environnement. 

Le cas de Lafarge en Syrie n’est pas isolé puisqu’une enquête du quotidien Le Monde a mis en cause les activités d’une autre firme contrôlée par GBL, Imerys, à la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan, où elle aurait indirectement contribué au financement des talibans [et qui contribue aussi]...à contaminer et entretenir un climat de violence sociale aux confins de l’Amazonie...

Tout lire

Il s'agit d'une réponse des entreprises suivantes: Engie (formerly GDF Suez) Imerys Lafarge (part of LafargeHolcim) Pernod Ricard Total