Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Vous êtes redirigé vers l’histoire dans laquelle le contenu a été trouvé pour que vous puissiez le lire dans son contexte. Veuillez cliquer sur le lien suivant si vous n’êtes pas automatiquement redirigé dans quelques secondes.
fr/brésil-volkswagen-a-soutenu-et-collaboré-avec-la-dictature-militaire-de-1964-à-1985-selon-un-rapport-commandé-par-le-groupe#c166269

Le groupe Volkswagen reconnaît son soutien à la dictature au Brésil

Auteur: Christophe Bourdoiseau, 24heures (Suisse), Publié le: 15 December 2017

...[L]a torture était notoire au Brésil et dans l’opinion publique allemande», insiste Christopher Kopper, historien de l’Université de Bielefeld qui vient de présenter un rapport – indépendant et accablant – commandé par le groupe Volkswagen lui-même.

...Conclusion: les membres de la direction de Volkswagen do Brasil ont accueilli «positivement» la mise en place de la dictature en raison d’une politique plus favorable aux entreprises...Au siège de Wolfsburg, on savait que la filiale brésilienne surveillait et dénonçait les opposants politiques.

...[L]es soupçons qui pèsent sur une aide matérielle de Volkswagen do Brasil au centre de torture n’ont pas été confirmés par les recherches...En revanche, il est très probable que le constructeur ait mis à disposition des voitures gratuitement aux cadres du régime.

...«Volkswagen reconnaît sa responsabilité morale pour actes d’injustice commis sous la dictature militaire et veut indemniser financièrement les victimes», a assuré Dieter Landenberger, le chef du département historique du groupe Volkswagen.

Mais le constructeur veut auparavant un compromis judiciaire avec le procureur fédéral brésilien, qui a ouvert une enquête sur la complicité des dirigeants de l’époque avec les militaires. Les conclusions pourraient apporter de nouvelles révélations sur le degré d’implication du constructeur dans la dictature. 

Tout lire

Entreprises concernées: Volkswagen