Ce contenu fait partie d’une histoire plus large, mais cette histoire n’est pas disponible dans votre langue. Nous vous recommandons quand même de lire ce contenu dans le contexte d’une des histoires suivantes :

Les communautés autochtones cambodgiennes victimes des projets industriels

Auteur: Novethic, Publié le: 17 October 2011

Au Cambodge, les plantations industrielles...se développent à vitesse grand V, dopées par l’octroi de baux extrêmement avantageux pour les entreprises. Et beaucoup moins pour les populations locales..."il s’agit de contrats opaques qui donnent souvent lieu à corruption", dénonce Geneviève Paul, chargée de mission pour la Fédération internationale des droits de l’homme. Mais aussi à de nombreux conflits fonciers, notamment avec les communautés autochtones...Socfinasia, une...filiale du groupe Bolloré s’est alliée en 2007 avec une entreprise cambodgienne, la KCD (Khaou Chuly Development), pour développer une plantation d’hévéa...En 2008, les paysans affectés se sont ainsi rebellés contre l’entreprise...La fédération y dénonce une violation du droit des populations autochtones à la propriété collective, des irrégularités dans le processus d’approbation..., des expulsions forcées, l’absence de véritable consultation et de compensation adéquates, la mise en péril des moyens de subsistance et des droits culturels...Contacté par Novethic, le directeur général de la Socfin KCD, Patrick Lemaitre, "réfute fermement toutes les allégations figurant dans le rapport FIDH et plus particulièrement les évictions forcées, les compensations sans choix, inadéquates, injustes et non conformes aux standards internationaux, la destruction de forêts sacrées et de cimetières et les conditions de travail précaires pour les travailleurs " et estime que "la fragilisation des conditions de vie des Bunongs mériterait une étude socio économique spécifique plus approfondie et sérieuse ".

Tout lire