Les entreprises d’armement n’exercent pas pleinement la diligence raisonnable en matière de droits de l'homme, selon un rapport d'Amnesty International

Fichier:Mi-28 armament.jpg

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Article
9 September 2019

"Les entreprises d'armement se cachent derrière les Etats pour ignorer les droits humains"

Auteur: Belga (Belgique)

Les entreprises d'armement se retranchent derrière les Etats pour justifier leur manque de diligence en matière de droits humains, constate Amnesty International dans un rapport...

Pour ce rapport, Amnesty a interrogé 22 entreprises majeures du secteur, dont la FN Herstal, qui est détenue à 100% par la Région wallonne. La plupart d'entre elles fournissent des régimes accusés de crimes de guerre, comme l'Arabie Saoudite ou le Yémen. Aucune n'a été en mesure de démontrer qu'elle fait preuve de la diligence requise dans le domaine des droits humains. Certaines n'ont pas donné de réponses satisfaisantes, et 14, comme la FN, n'ont tout simplement pas répondu, déplore Amnesty...

La plupart des sociétés qui ont répondu à Amnesty estiment que la responsabilité des évaluations en matière de droits humains incombe à leurs États d'origine via les processus d'octroi de licences d'armements. "Cependant, la réglementation gouvernementale ne les dispense pas de mettre en œuvre leur propre diligence requise en matière de droits humains", rappelle M. Wilcken. "Surtout lorsque les décisions concernant l'octroi des licences s'avèrent déficientes et lorsque les gouvernements chargés de le faire sont eux-mêmes interpellés quant à leur rôle dans des crimes de guerre et des violations des droits humains." En vertu des Principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme, adoptés à l'unanimité par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU en juin 2011, toutes les entreprises sont tenues de respecter les droits humains et, afin de s'acquitter de cette responsabilité, de mettre en place une procédure de diligence raisonnable, rappelle Amnesty...

Tout lire

Article
9 September 2019

Les entreprises d’armements ne prennent pas dûment en compte les risques en matière de droits humains

Auteur: Amnesty International

Alors que les plus grandes entreprises d’armements du monde s’apprêtent à exposer lors d’un salon mondial à Londres, un nouveau rapport d’Amnesty International montre que des géants de cette industrie, dont Airbus, BAE Systems et Raytheon, n’exercent pas pleinement la diligence raisonnable en matière de droits humains qui permettrait d’éviter que leurs produits ne soient utilisés dans de possibles violations des droits humains et crimes de guerre.

Pour son rapport intitulé Outsourcing Responsibility, Amnesty International a contacté 22 sociétés d’armements et leur a demandé d’expliquer comment elles s’acquittent de leurs responsabilités s’agissant de respecter les droits humains garantis par les normes internationalement reconnues. La plupart de ces entreprises fournissent des armes à des pays accusés de commettre des crimes de guerre et de graves violations des droits humains, comme l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Aucune des entreprises ayant répondu n’a été en mesure d’expliquer de manière satisfaisante comment elle s’acquitte de ses responsabilités en termes de droits humains et exerce son devoir de diligence, tandis que les 14 autres n’ont tout simplement pas répondu...

« La plupart des entreprises qui ont répondu à Amnesty International ont fait valoir que la responsabilité des évaluations en matière de droits humains incombe à leurs États d’origine via les processus d’octroi de licences d’armements, a déclaré Patrick Wilcken...

Tout lire

Article
9 September 2019

Liste complète des réponses des entreprises

Auteur: Amnesty International

La liste complète des réponses est disponible ici.

Tout lire