Les meurtres des défenseurs de l’environnement et des droits fonciers face aux intérêts industriels ont augmenté en 2016, selon l’ONG Global Witness

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Article
13 July 2017

La pire année pour les défenseurs des droits environnementaux et fonciers : au moins 200 morts en 2016, alors que la crise se propage à travers le monde

Auteur: Global Witness

Le nombre de pays touchés par des assassinats de manifestants luttant contre l’accaparement des terres a triplé de 2015 à 2016…

En 2016, près de quatre personnes se sont fait assassiner chaque semaine alors qu’elles protégeaient leurs terres, leurs forêts et leurs rivières contre des sociétés minières, forestières et agricoles, comme le révèle un nouveau rapport de Global Witness publié aujourd’hui. Neuf assassinats de gardes ont été prouvés en République démocratique du Congo en 2016…

Cette tendance à la hausse (le bilan était de 185 morts en 2015) se propage, des meurtres ayant été signalés dans 24 pays, contre 16 en 2015…

Près de 40 % des meurtres ont ciblé des personnes indigènes, après que les terres sur lesquelles elles vivaient depuis plusieurs générations avaient été volées par des entreprises, des propriétaires fonciers ou des acteurs de l’État…

Tout lire

Article
13 July 2017

Les défenseurs de l'environnement de plus en plus menacés

Auteur: Coralie Schaub, Libération (France)

Les meurtres de personnes défendant la nature face aux intérêts industriels, notamment miniers ou pétroliers, ont encore augmenté en 2016...

Avec 60 % des meurtres, l'Amérique latine est la région la plus dangereuse pour ceux qui, souvent, ne se définissent pas comme écologistes : ils veulent simplement défendre leurs terres, leurs forêts ou leurs rivières face à la voracité des compagnies minières et pétrolières (au moins 33 crimes prouvés dans le monde), forestières (23) ou agro-industrielles (23)...

Et si l'assassinat est le moyen le plus dramatique et spectaculaire, toute une série d'autres méthodes sont utilisées pour chercher à réduire au silence les environnementalistes : menaces de mort, arrestations, agressions sexuelles, enlèvements, harcèlement judiciaire...

Et de citer une tendance inquiétante : la criminalisation croissante des activistes, y compris dans des pays comme l'Australie, le Canada ou les Etats-Unis...

Tout lire