Les ONG demandent de plus en plus aux multinationales de respecter les droits de l’homme

Auteur: Christelle Marot, Le Point Afrique (France), Publié le: 22 December 2015

« Droits humains - Transparence : les ONG, ces sentinelles », 15 décembre 2015

...[F]ace à la montée en puissance des acteurs transnationaux, les ONG multiplient les rapports circonstanciés et les campagnes de « name and shame ». À coups de communiqués et de plaidoyers, elles veulent amener les entreprises privées à justifier et à infléchir leurs politiques en matière de respect des droits humains...Pour encourager la conduite responsable des entreprises, les pays de l'OCDE ont bien adopté des principes directeurs dans les années 70 et créé le point de contact national (PCN), un mécanisme de saisie, enceinte de médiation et de conciliation extrajudiciaire. Mais ce recours est jugé peu satisfaisant par nombre d'ONG...Il ne confirmera pas la violation sur les droits humains ou de tels et tels droits, parce que justement c'est hors circuit judiciaire », relève Sabine Ganier d'Amnesty France...Face aux limites de la « soft law », c'est-à-dire de la RSE volontaire, les ONG s'attachent donc aujourd'hui à...demander du droit dur pour amener les entreprises à changer leurs pratiques...Les ONG entendent ainsi faire changer les législations nationales et internationales afin de faciliter les voies de recours et l'accès à la justice. En effet, elles sont rares aujourd'hui à pouvoir s'engager sur la voie du contentieux...[Fait référence à Auchan, Bolloré, DLH (Dalhoff Larsen & Horneman), Financière du Champ de Mars, Intercultures, Shell, Socapalm, Socfinal, Soco International, Vinci]

Tout lire

Entreprises concernées: Auchan Bolloré DLH (Dalhoff Larsen & Horneman) Royal Dutch Shell (Shell) SOCO International Vinci