Les sociétés joalières doivent fait davantage pour s'assurer du respect des droits de l'homme dans leurs chaînes d'approvisionnement, selon un rapport

Dans un nouveau rapport intitulé  «Le coût secret des bijoux : Questions de droits humains dans les chaînes d’approvisionnement et responsabilité des sociétés joaillères», l'ONG Human Rights Watch étudie les pratiques en matière d'approvisionnement responsable de 13 grandes entreprises de bijouterie et d’horlogerie. Le rapport souligne les nombreuses atteintes aux droits de l'homme et à l'environnement qui caractérisent ce secteur, y compris le travail des enfants.

Le Centre de Ressources sur les Droits de l'Homme a invité les 13 marques citées dans le rapport à commenter, dont sept nous ont envoyé une déclaration: Boodle & Dunthorne, Bulgari, Chopard, Pandora, Rolex, Signet et Tiffany. Leurs réponses sont fournies ci-dessous.

Deux entreprises ont refusé de commenter: Cartier et Harry Winston.

CHRIST, Kalyan Jewelers, TBZ et Tanishq n'ont pas répondu à notre invitation.

Voir les réponses et non-réponses des entreprises ici [en anglais]