Les sociétes civiles de la RDC et de l'Ouganda demandent aux autorités des deux pays de ne pas octroyer de licence d'exploration pétrolière dans le Rift Albertin

Auteur: Le Potentiel (RDC), Publié le: 21 May 2019

"Graben Albertin: la société civile en appelle au refus d’attribution de licence pétrolière", 13 mai 2019

Ayant compris les dangers de l’exploitation pétrolière dans des zones déclarées « patrimoine de l’Unesco », la Société civile de la RDC et celle de l’Ouganda interpellent les chefs d’Etat. Dans une lettre ouverte adressée aux chefs d’Etat de la RDC, Félix Tshisekedi et celui de l’Ouganda Yoweri Museveni, les organisations de la Société civile environnementale et des droits de l’Homme de ces deux pays appellent leurs dirigeants à éviter la nouvelle série d’attribution des licences d’exploration pétrolière dans les écosystèmes sensibles du Rift Albertin...

Selon Environews-rdc...la RDC avait déjà lancé un appel d’offres pour l’exploration pétrolière dans les trois bassins sédimentaires couvrant 21 blocs pétroliers, dont 50 000 km dans le bassin du Rift Est du Graben Albertin. Il aurait été rejoint le 10 avril 2019 par son voisin l’Ouganda qui, à son tour, a annoncé que « le pays lancerait une deuxième série de licences d’exploration pétrolière en mai 2019 pour sept blocs d’explorations, couvrant une distance totale de 1 200 kilomètres créés dans le Rift Albertin...

Les organisations de la Société civile environnementale et des droits de humains rappellent dans la lettre que « le Graben Albertin abrite le Parc national des Virunga, dans l’Est de la RDC, classé sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco et qui héberge 43% des espèces d’oiseaux d’Afrique, 27% des mammifères et plus de 10% de ses reptiles, amphibiens, et des plantes en plus de plusieurs espèces rares et en voie de disparition. Et ce sur même Graben Albertin, indique la Société civile, se trouvent le Parc National Queen Elizabeth, également classé réserve de l’humanité et de la biosphère par l’Unesco...

Pour ne pas priver des milliers populations d’importants services environnementaux que rendent ces zones, les organisations qui défendent l’environnement appellent avant tout à l’annulation pure et simple de ce projet dans des blocs se situant dans les écosystèmes sensibles, avant de formuler un certain nombre de recommandations aux présidents Tshisekedi et Museveni.

 

Tout lire