L'opinion publique suisse exige la responsabilisation des entreprises face aux droits de l'homme suite à l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi

Auteur: Yves Petignat, Le Temps, Publié le: 5 November 2018

« Les Etats au risque de l’éthique », 28 octobre 2018

 ...La répulsion provoquée par l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi a ainsi confronté le pouvoir politique, mais aussi les sociétés, banques et entreprises à un nouveau risque de conflit: la contestation éthique, l’exigence de l’opinion publique pour une responsabilité face aux droits humains...

[Alors que] le Conseil fédéral réexamine la visite présidentielle de l’an prochain...d’autres grands banquiers...ceux de Credit Suisse et d’ABB vont plus loin et ont préféré s’abstenir de figurer au «Davos du désert», le forum économique de Riyad...

Aujourd’hui, la découverte de grenades de guerre suisses entre les mains de djihadistes et...la formation de pilotes saoudiens, par ailleurs engagés dans la guerre au Yémen, posent aux Suisses la question de leur éventuelle responsabilité...

A titre d’exemple, le PDG du groupe cimentier LafargeHolcim a été contraint à la démission pour avoir acheté la protection de son entreprise à des groupes armés liés à Daech...

Pas plus que les Etats les sociétés n’échappent à l’exigence de responsabilité politique, sociale et environnementale...Elles supportent de moins en moins les comportements dépourvus de sens moral ou l’absence d’éthique dans la vie des affaires. Entre 2012 et 2016, 82 grands dirigeants de multinationales, de Wells Fargo à Mitsubishi, ont dû démissionner pour manquements à l’éthique...

Tout lire

Entreprises concernées: ABB Credit Suisse Holcim (part of LafargeHolcim) LafargeHolcim Mitsubishi Group Wells Fargo