Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Vous êtes redirigé vers l’histoire dans laquelle le contenu a été trouvé pour que vous puissiez le lire dans son contexte. Veuillez cliquer sur le lien suivant si vous n’êtes pas automatiquement redirigé dans quelques secondes.
fr/sénégal-polémique-autour-de-la-gestion-du-pétrole-et-du-gaz#c178883

Macky Sall sur la polémique autour de la gestion des hydrocarbures: « Il faut un débat sérieux, ojectif et outillé »

Auteur: Ndeye Aminata Cissé, Sud Quotidien (Sénégal), Publié le: 2 November 2018

Selon Macky Sall, le débat sur le pétrole et le gaz doit être «sérieux, objectif et outillé». « Dans le domaine des hydrocarbures j’invite l’ITIE à encourager le débat. Mais, il faut un débat séreux, un débat vraiment objectif ». C’est en ces termes que le Président de la République Macky Sall a fustigé le comportement de certains responsables politiques qui s’investissent à dénoncer la gestion du pétrole et du gaz au Sénégal...« On se permet, dans un pays aussi démocratique que le Sénégal où  l’expression est libre, d’écrire un ouvrage ou de publier dans les réseaux sociaux que le gouvernement a fait perdre à son pays 100 milliards de dollars (plus de 55.000 milliards F CFA-Ndlr)) dans une opération alors que nous sommes  en phase d’exploration. Il  est clair que dans la phase d’exploration et même de développement, il n’y a pas de taxes. C’est le code pétrolier qui le dit. Pendant des mois, le pays est tenu en haleine sur de faux problèmes pour prétendre qu’on a vendu le pays à des compagnies », déplore le Chef de l’Etat. Macky Sall suggère aussi un débat ouvert mais aussi bien outillé. « Il faut que ça soit un débat où les gens savent de quoi ils parlent. Parce que le pétrole, le gaz et  les mines  sont des choses très sérieuses pour qu’on se permette tous les matins d’occuper les médias sur des considérations complètement fallacieuses. Oui pour un débat objectif transparent, mais de grâce, que ceux qui ne savent pas aillent d’abord s’informer », lance-t-il...Toutefois, Macky Sall admet que les contrats sur le pétrole et le gaz sont très souvent déséquilibrés. « On n’accuse aucune compagnie, mais c’est dû au fait que les pays africains sont partis handicapés dés le départ, parce qu’au lendemain des indépendances, on a dû accompagner et suivre une société internationale qui avait ses règles. Alors qu’elles  étaient fixées pendant que nous n’étions pas autour de la table. On nous a demandé de faire la promotion des investissements, d’être attractif et d’inviter les gens à venir investir. Parce que les pays sont risqués,  il y a les maladies et la guerre. Donc, ceux qui viennent sont tellement courageux qu’il faut tout leur offrir », se désole le Chef de l’Etat, avant de relever que le continent africain a hérité de ces législations. C’est pourquoi il a invité  les compagnies à comprendre les Etats lorsqu’ils sont un peu exigeants sur les taxes en particulier...

Tout lire