Mozambique : L'arrivée des multinationales pétrolières occidentales soulève des inquiétudes quant aux impacts sur les communautés locales

Auteur: Eléonore Hughes, Observatoire des multinationales, Publié le: 24 June 2019

« Meurtri par le dérèglement du climat, le Mozambique s'ouvre à Total et aux multinationales pétrolières », 5 juin 2019

Le Mozambique va-t-il se transformer en « Qatar africain » ? C’est en tout cas ce que souhaite son gouvernement et de nombreuses multinationales occidentales, parmi lesquelles Total, Technip, EDF et les grandes banques françaises. Trois projets d’exploitation de gaz naturel sont actuellement en cours au large des côtes du pays. Un terrible paradoxe alors que le Mozambique vient de subir de plein fouet les conséquences concrètes du réchauffement des températures avec le passage du cylone Idai, qui a laissé derrière lui un millier de morts et deux millions de déplacés...

La création d’emplois est souvent mise en avant par les multinationales pour justifier leur présence. Si quelques postes de cadres pourraient bénéficier à l’élite de la capitale mozambicaine Maputo, les emplois d’exploitation et de maintenance offerts sur les plateformes gazières ne conviendront pas aux communautés locales, majoritairement composées de pêcheurs et d’agriculteurs...

Pour « compenser » les émissions de gaz à effet de serre de leurs projets gaziers, les multinationales ont un plan : investir dans des programmes de reforestation...Ils pourraient acquérir jusqu’à 8,1 millions d’hectares de terres pour y mener leurs projets de compensation. Justiça Ambiental dénonce un plan « qui est non seulement une astuce de ’greenwashing’, mais une tactique dangereuse qui pourrait exacerber les problèmes dus à l’exploitation des énergies fossiles, » notamment les déplacements de communautés...

Tout lire

Entreprises concernées: BNP Paribas Crédit Agricole EDF Groupe BPCE Société Générale Technip FMC (formerly Technip) Total