Nauru : Amnesty Intl. accuse Broadspectrum et Ferrovial d'être complices des mauvais traitements des réfugiés dans des centres de rétention ; avec les commentaires des entreprises

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Article
5 April 2017

Amnesty accuse un groupe espagnol d'ignorer le sort des migrants dans le Pacifique

Auteur: AFP et jgal

Amnesty International accuse le groupe espagnol Ferrovial d'être complice des mauvais traitements infligés à des migrants dans des centres de rétention offshore gérés par l'Australie...

L'ONG de défense des droits de l'Homme avait déjà dénoncé en octobre des actes de "torture" dans un centre situé dans le micro-Etat insulaire de Nauru géré par la compagnie australienne Broadspectrum, appartenant à Ferrovial, et son sous-traitant Wilson Security.

Amnesty considère que ni Broadspectrum, ni Ferrovial qui a achevé de l'acquérir en juin 2016, n'ont pris de mesures suffisantes pour y respecter les droits de l'Homme.

L'ONG évoque "un régime quotidien d'humiliation, d'abandon, d'abus et d'attention déficiente de la santé physique et mentale", avec des tentatives d'automutilation et de suicide rapportés par des réfugiés...

Dans une lettre jointe au rapport, Broadspectrum se dit "en désaccord avec les multiples affirmations selon lesquelles nous avons provoqué, contribué à provoquer ou été complices de violations des droits de l'Homme". Le groupe rappelle qu'il dispose d'un système pour "améliorer le bien-être des réfugiés", Amnesty le jugeant insuffisant.

Ferrovial affirme dans cette lettre que son rachat de Broadspectrum n'était pas "motivé par les bénéfices au détriment des droits de l'Homme"...

Tout lire

Article
5 April 2017

La multinationale espagnole Ferrovial empoche des millions en tirant profit de la torture infligée par l'Australie aux réfugiés sur l'île de Nauru

Auteur: Amnesty International

La multinationale responsable de la gestion du centre de « traitement » des réfugiés établi par le gouvernement australien sur l'île de Nauru empoche des millions de dollars en tirant profit d’un système où le traitement des réfugiés et des demandeurs d’asile s'apparente à de la torture, a déclaré Amnesty International…

…Ferrovial et sa filiale australienne Broadspectrum se rendent complices du système de « traitement » des réfugiés cruel et secret instauré par l'Australie sur cette île du Pacifique, et qu’ils en tirent de vastes profits…

Broadspectrum est au courant des conditions que subissent à Nauru les réfugiés et les demandeurs d'asile. Dans certains cas, ses employés et ses sous-traitants sont directement responsables de négligence et de violences…

Broadspectrum a déclaré à Amnesty International qu'elle « ne gère pas le centre de traitement des réfugiés », affirmation reprise par Ferrovial…

[Amnesty International] demande à Ferrovial de mettre fin à ses activités à Nauru et sur l’île de Manus dès que possible.

La réponse complète de Broadspectrum et de Ferrovial à nos conclusions se trouve en annexe du rapport [disponible en anglais et espagnol]

Tout lire