Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Vous êtes redirigé vers l’histoire dans laquelle le contenu a été trouvé pour que vous puissiez le lire dans son contexte. Veuillez cliquer sur le lien suivant si vous n’êtes pas automatiquement redirigé dans quelques secondes.
fr/glencore-fait-lobjet-dune-nouvelle-enquête-aux-etats-unis-sur-des-soupçons-de-corruption#c187530

Ni vus ni connus – Risques de corruption dans la chaîne d’approvisionnement de cobalt

Auteur: Resource Matters (Belgique) , Publié le: 28 April 2019

Le rapport Ni Vus Ni Connus documente comment les grandes entreprises qui achètent du cobalt en RDC ne font pas assez pour atténuer les risques de corruption potentiels dans leurs chaînes d’approvisionnement. Cela est en contradiction avec leur soutien public aux directives de l’OCDE sur la diligence raisonnable relatives aux chaînes d’approvisionnement en minerais. Les entreprises qui achètent des produits dans des zones à haut risque comme le Congo devraient montrer qu’elles ont pris des mesures pour s’assurer que leurs fournisseurs ne se livrent pas à des activités potentiellement corrompues.

En collaboration avec la Faculté de droit de Sciences Po, Resource Matters a mené une enquête auprès de 14 entreprises pour lesquelles il y a lieu de croire qu’elles peuvent directement ou indirectement s’approvisionner en cobalt à Glencore au Congo. Resource Matters leur a demandé d’expliquer les mesures qu’ils avaient prises pour limiter les risques de corruption découlant des paiements de Glencore à Dan Gertler, un homme d’affaires sanctionné pour corruption par l’administration américaine. Selon les estimations de Resource Matters, Glencore devait en moyenne 200 000 dollars par jour à Gertler. Aucun des clients identifiés n’a pu démontrer qu’il avait correctement résolu ce problème.

Tout lire

Entreprises concernées: Apple BMW Glencore LG Chem PSA Peugeot Citroën Renault Samsung Volkswagen Volvo Car (part of Geely)