Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Vous êtes redirigé vers l’histoire dans laquelle le contenu a été trouvé pour que vous puissiez le lire dans son contexte. Veuillez cliquer sur le lien suivant si vous n’êtes pas automatiquement redirigé dans quelques secondes.
fr/niger-suspendu-par-le-conseil-dadministration-de-litie-faute-de-progrès-significatifs-en-matière-de-transparence-dans-le-secteur-extractif#c165280

L'Initiative pour la transparence des industries extractives regrette le retrait du Niger

Auteur: RFI, Publié le: 22 November 2017

"Industrie extractives: l'ITIE regrette le retrait du Niger", 14 novembre 2017

L'Initiative pour la transparence des industries extractives regrette que le Niger ait décidé de se retirer de cet organisme de certification. Fin octobre l'ITIE, avait décidé de suspendre le pays « pour progrès insuffisants ». En réaction, le Niger a annoncé...qu'il quittait l'ITIE. La décision a été notifiée...à l'organisme et prend effet immédiatement. Le ministre nigérien des Mines, Hassane Barazé Moussa, justifie cette mesure par la décision « injuste » de l’organisme. Sur les sept pays que l'Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) a décidé de suspendre récemment, le Niger est le seul à avoir réagi radicalement. C'est-à-dire à avoir opté pour un retrait pur et simple, sans examiner les mesures correctives qui lui étaient demandées, ce que décident généralement de faire les Etats. Avec son retrait, le Niger renonce à la bonne image que son adhésion à l'ITIE lui permettait d'avoir à l'international. Mais cette décision a visiblement fait l'objet d'hésitations. L'organisme de certification confirme avoir reçu deux lettres datées du 25 octobre. La première disant la bonne volonté du pays à tout mettre en œuvre pour ne pas être suspendu. L'autre reçue ce lundi 13 novembre, annonçant le retrait. Deux lettres préparées avant même la décision du conseil d'administration de l'ITIE du 26 octobre qui a demandé aux pays de revoir sa copie en matière de transparence. Le gouvernement nigérien reproche à l'ITIE de s'être mêlée d'une affaire judiciaire en cours, en évoquant l'arrestation de certains acteurs de la société civile. Mais du côté de l'ITIE, on tient à lever toute ambiguïté : le Niger aurait été suspendu même sans les mentions relatives à la liberté d'expression de la société civile. Dylan Gélard, directeur régional de l'ITIE pour l'Afrique de l'Ouest francophone regrette cette décision.

 

Tout lire