Niger: Ali Idrissa et les défenseurs des droits de l'homme dénoncent les tentatives des autorités de "museler" la société civile

Au Niger, Ali Idrissa, Coordinateur du Réseau des Organisations pour la Transparence et l’Analyse Budgétaire (ROTAB), a été retenu samedi 20 mai, plusieurs heures à la police judiciaire, avant d'être relâché. Arrêté pour des propos tenus dans la matinée, après l'interdiction d'une manifestation de la société civile, Ali Idrissa, affirme qu'il s'agit d'une énième tentative des autorités de faire taire toute contestation. Ali Idrissa et ses camarades voient dans cette arrestation un lien avec la vente d'unranium controversée par Areva à des entreprises étrangères et pour laquelle le Niger a empoché une importante somme d'argent. Pour faire la lumière sur cette transaction "douteuse" la société civile a saisi la justice nationale d'une plainte. 

Ali Idrissa, défenseur des droits de l'homme au Niger (crédit photo : ITIE)

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Article
23 May 2017

Les leaders d'opinion inquiets au Niger

Auteur: Deutsche Welle (Allemagne)

Au Niger, le climat socio politique se caractérise ces derniers temps par une vague d'arrestations des acteurs de la société civile et d'opposants politiques...Ils sont acteurs de la société civile ou opposants politiques qui sont interpellés très souvent pour des propos tenus sur les médias de la place. Ali Idrissa coordonnateur du réseau pour l'observation la transparence et l'analyse budgétaire vient juste d’être libéré. Il nous dit ce que les autorités lui reprochent: "On me reproche  mes propos le samedi après l'interdiction de notre manifestation où j'avais quand même dit aux média que Mahamadou Issoufou a mis entre parenthèses la démocratie au Niger et que nous allons nous donner tous les moyens pour ramener et restaurer la démocratie les libertés individuelles et collectives dans notre pays voilà ce qu'on pense que ça peut créer ou ça peut inciter à la révolte. Quand le premier magistrat ne peut pas permettre aux citoyens d'exercer leur  droit constitutionnel la démocratie est devenue un leurre dans notre pays quand pour avoir tenu des propos on prend un citoyen on le jette en prison quand seulement un journaliste qui informe il fait son travail de journaliste  on cherche d'autres choses pour le jeter en prison la situation est grave."...Pour Kany Abdoulaye défenseur des droits humains ces arrestations portent un coup dur à la démocratie nigerienne: "Ces arrestations pour nous relèvent de la violation du pacte international sur les droits politiques parce que simplement les opposants et même les acteurs de la société civile ont quand même un certain nombre de droits dont le droit à la manifestation dont le droit à la libre expression et dans les deux arrestations surtout ces derniers temps qui défraient la chronique c'est souvent sur la base des propos qu'ont tenus ces acteurs qu'ils ont été arrêtés de mon point de vue cela ternit l'image de ma démocratie du Niger ça relève également tout simplement de l'intimidation aussi."

Tout lire

Article
23 May 2017

Au Niger, le militant de la société civile Ali Idrissa remis en liberté

Auteur: RFI

Ali Idrissa, le leader de la société civile nigérienne, a pu rentrer chez lui, ce lundi 22 mai, après une seconde audition par la police judiciaire. La police n'a cependant pas encore classé l'affaire le concernant. Ali Idrissa, qui fait partie de ceux qui ont porté plainte dans l'affaire de l'Uraniumgate, est soupçonné par les autorités « d'incitation à la révolte ». « Dans les heures qui suivent, dans les jours qui suivent, il aura la réponse appropriée par rapport à son comportement antidémocratique. Nous nous saisirons de tous les moyens pour la restauration de la démocratie dans notre pays ». Ce sont les propos de l’acteur de la société civile, Ali Idrissa, après l’interdiction par la mairie centrale de la marche et du meeting qu’il devait organiser. Ces propos lui ont valu une interpellation et une convocation à la police judiciaire de Niamey. Après plusieurs heures d’audition, il a retrouvé sa liberté sous les acclamations de ses parents et amis : « Je sors plus que convaincu et engagé à continuer le combat pour la restauration de la démocratie dans notre pays, pour la restauration de la dignité du Nigérien, pour que les droits humains, les droits de l’homme, les libertés fondamentales et la liberté d’expression soient une réalité dans notre pays ». Cette interpellation du coordinateur de l’organisation « Publiez ce que vous payez » a suscité une forte mobilisation au sein de la société civile et de l’opposition nigérienne pour exiger sa libération. Aujourd’hui, il retrouve les siens, mais le dossier reste ouvert à la police judiciaire.

Tout lire

Article
21 May 2017

Niger : Ali Idrissa brièvement interpellé

Auteur: BBC (United-Kingdom)

Ali Idrissa, acteur de la société civile et patron de presse, a été arrêté samedi à Niamey et interrogé à la police judiciaire pendant plusieurs heures. Après son interpellation, il a déclaré à la BBC qu'on lui reproche d'avoir tenu des propos incitant à la révolte. Peu avant son arrestation et suite à l'interdiction de la manifestation de la société civile samedi, Ali Idrissa s'est exprimé dans les médias en ces termes :'' Nous userons de tous les moyens pour restaurer la démocratie au Niger.'' Ali idrissa est l'un des organisateurs de la manifestation prévue samedi mais interdite par les autorités ''pour trouble à l'ordre public''. Deux précédentes manifestations de la société avaient été interdites au Niger pour les mêmes raisons. Jeudi, c'était un opposant, Amadou Djibo Ali, qui avait été interpellé puis inculpé pour ''complot présumé visant à renverser le Président Mahamadou Issoufou'' selon un de ses avocats...Quelques jours plutôt, c'est un acteur de la société civile qui avait été arrêté et placé sous mandat de dépôt à Agadez dans le nord du pays pour ''incitation à la violence''.

Tout lire

Article
21 May 2017

Niger: Ali Idrissa dénonce une tentative «de museler la société civile»

Auteur: RFI

Arrêté lors d’un rassemblement interdit par les autorités, Ali Idrissa, figure de la société civile et coordinateur du Rotab, s’est exprimé au micro de RFI quelques heures après avoir été relâché. « Selon la police judiciaire, nos propos suite à l’interdiction de notre manifestation seraient de l’incitation à la révolte parce que nous avions bien dénoncé la mise entre parenthèse de la démocratie au Niger par le régime d’Issoufou Mahamadou, explique-t-il. Nous avions appelé les citoyens à la mobilisation pour le respect des droits humains et les libertés individuelles dans notre pays. Pour nous ce dossier reste encore une manière de museler les acteurs de la société civile qui milite contre la corruption et les travers de la gouvernance de Issoufou Mahamadou ». Une arrestation qui d’après beaucoup serait en partie liée à l’affaire de « l’uraniumgate » dans laquelle plusieurs associations de la société civile avaient porté plainte. Un avis partagé par Ali Idrissa, qui pointe également du doigt les autres dossiers qui embarrasseraient le gouvernement. « Nous avions dénoncé le dossier du don de riz pakistanais qui avait été détourné au port de Cotonou, tous ces dossiers qui empêchent le gouvernement et certains barons de ce régime de dormir, et qui tentent coûte que coûte de nous museler et de nous faire dévier de notre objectif qui est de faire la lumière sur ces dossiers et de défendre les droits humains et la démocratie dans notre pays, affirme le coordinateur du Rotab. Aujourd’hui les libertés individuelles et collectives sont gravement menacées ». Ali Idrissa est à nouveau convoqué par la police judiciaire ce lundi 22 mai au matin.

Tout lire

Article
21 May 2017

Niger: l'activiste Ali Idrissa interpellé pour des propos «trop virulents»

Auteur: RFI

Au Niger, Ali Idrissa, figure de la société civile et coordinateur du ROTAB, le Réseau des organisations pour la transparence et l’analyse budgétaire a été retenu plusieurs heures à la police judiciaire samedi 20 mai avant d'être relâché. Le procureur de la République a confirméI l'interpellation sans donner de précision sur son motif. Selon son avocat, Ali Idrissa est de nouveau convoqué à se présenter à la police judiciaire lundi matin. D’après des sources policières, cette interpellation ferait suite à des propos qu'Ali Idrissa avait tenu le matin même après l'interdiction d'une manifestation de la société civile, des propos jugés « trop virulents ». Les organisateurs disent avoir appris l'interdiction de la marche au tout dernier moment. La foule est donc déjà réunie samedi matin lorsqu'Ali Idrissa prend la parole et demande aux manifestants de rentrer chez eux. Mais il promet de ne pas baisser les bras. « Issoufou Mahamadou vient de montrer à la face du monde qu’il a mis entre parenthèses la démocratie, et Inch’Allah, dans les jours qui suivent, il aura la réponse appropriée par rapport à son comportement antidémocratique. Nous nous saisirons de tous les moyens pour la restauration de la démocratie dans notre pays », avait alors lancé à la foule Ali Idrissa. Dans l'après-midi, vers 15 heures, il est interpellé chez lui, conduit à la police judiciaire et interrogé. Selon son avocat les questions portent essentiellement sur les propos tenus par son client le matin même. Maikoul Zodi du collectif « Tournons la page », parle d'intimidation et soupçonne un lien avec l'affaire de « l'uraniumgate ». « Ali Idrissa fait partie des cinq signataires de la plainte que la société civile a déposée. Il est clair qu’ils veulent le museler et l’empêcher de demander que la justice fasse la lumière sur cette affaire », explique-t-il. En avril, au lendemain du dépôt de la plainte, Maikou Zodi avait passé 15 jours en détention avant d'être relaxé.

Tout lire

Article
20 May 2017

Ali Idrissa Nani, Coordonnateur du Rotab interpellé ce 20 mai 2017 et immédiatement transféré dans les locaux de la police judiciaire de Niamey

Auteur: NigerDiaspora (Niger)

Ali Idrissa Nani, Coordonnateur du Rotab a été interpellé le 20 mai 2017 et immédiatement transféré dans les locaux de la police judiciaire de Niamey...Ali Idrissa venait de faire une déclaration dans la laquelle, au nom des organisations de la société civile, il constate "la mise entre parenthèse de la démocratie au Niger" sous le règne de Mahamadou Issoufou. L'arrestation de Ali Idrissa intervient quelques heures après l'interdiction d'une marche programmée pour ce 20 mai 2017 par les organisations de la société civile nigérienne. Depuis quelques mois déjà la société civile a organisé plusieurs marches à travers tout le pays pour dénoncer la mauvaise gouvernance et les restrictions des libertés publiques. La crise sociale perceptible dans tout le pays et les dénonciations y résultant mettent les principaux dirigeants du pays dans une grande fébrilité et les arrestations se sont multipliées ces derniers jours avec l'incarcération du chef de la coalition de l'opposition. Avec Moussa Tchangari, Nouhou Arzika, Ali Idrissa fait partie du cercle des acteurs de la société civile engagés depuis les années 1989-1990 dans la lutte pour l'instauration de la démocratie au Niger. Il est de tous les combats pour la sortie du Niger de la pauvreté extrême qui touche des millions de nigériens y compris par une meilleure fixation du prix des matières premières et la gestion des contrats miniers dans la transparence. Lucide et ouvert au dialogue, Ali Idrissa n'hésite pas à soutenir toute initiative visant à sortit le Niger d'une crise larvée qui s'est aggravée progressivement depuis la dernière élection présidentielle de février-mars 2016...l'arrestation de Ali Idrissa marque une escalade dans le face à face entre le régime et la société civile nigérienne toujours à l'avant garde des avancées démocratiques au Niger. Son engagement aux côtés des autres acteurs à faire la lumière sur l'affaire des 200 milliards de dollars transférés à Dubai impliquant l'actuel ministre des Finances et ex-directeur de cabinet du Président irrite au plus haut niveau et des pressions sont en cours pour étouffer la procédure judiciaire. Depuis l'annonce de l'arrestation de Ali Idrissa, une mobilisation nationale et internationale est en cours pour sa libération car pour beaucoup il représente un symbole de liberté et de démocratie que des milliers de nigériens sont prêts à défendre quelqu'en soit le prix. "

 

Tout lire

Article
+ English - Cacher

Auteur: Publish What You Pay (PWYP)

Publish What You Pay (PWYP) condemns the arrest of Mr. Ali Idrissa, coordinator of PWYP Niger and of the Niamey-based civil society organisation Rotab. Mr. Idrissa was arrested at his home in Niamey by 10 Nigerien armed policemen...The arrest follows a statement by Mr. Idrissa earlier today accusing the President of Niger, Mr. Issoufou Mahamadou of “putting democracy in brackets.” Ali Idrissa is also a member of the PWYP Board and the PWYP Africa Steering Committee. He has long campaigned on issues of transparency in the mining sector. He recently campaigned for Nigerien citizens to fully benefit from the exploitation of uranium. Niger is the fourth largest world producer of uranium yet remains one of the poorest countries in the world. Ali Idrissa was named Man of the Year of Niger in 2013 and one of the 100 most influential people in Africa. Niger has enshrined the principle of transparency of its natural resources in its 2010 Constitution and has been implementing the EITI since 2007, thereby committing to respect the fundamental rights of civil society actors in Niger. Ali Idrissa was an EITI Board member from 2011 to 2016. Publish What You Pay calls on the Government of Niger to immediately release Mr. Ali Idrissa and respect the freedom of expression and association of civil society in Niger.

Tout lire

Article
20 May 2017

Niger: arrestation d'Ali Idrissa, figure de la société civile

Auteur: AFP dans La Libre Belgique (Belgique)

Ali Idrissa, une figure très connue de la société civile du Niger, a été arrêté samedi à Niamey, où une manifestation contre le régime a été interdite a annoncé...la télévision privée Labari, dont M. Idrissa est le propriétaire...Deux précédentes manifestations de la Coalition de la société civile ont déjà été interdites par les autorités, invoquant des risques de troubles à l'ordre public. Le président "Issoufou Mahamadou vient de démontrer (...) qu'il a mis entre parenthèses la démocratie au Niger. Nous userons de tous les moyens pour la restauration de la démocratie dans notre pays", a commenté Ali Idrissa, peu avant son arrestation...Coordonnateur de l'organisation Publiez ce que vous payez, Ali Idrissa est l'un des militants le plus médiatiques du pays, principalement pour ses critiques contre les contrats d'exploitation d'uranium entre le Niger et la société française Areva qu'il juge "opaques". Il est également coordonnateur du Réseau des organisations pour la transparence et l'analyse budgétaire (ROTAB), une ONG très active. M. Idrissa avait déjà été brièvement interpellé par la police en juillet 2014, avec une dizaine d'autres dirigeants de la société civile, en marge d'une visite au Niger du président français François Hollande. Areva et le Niger ont signé en 2014 un accord pour l'exploitation de deux mines d'uranium situées près d'Arlit (nord), après plus de 18 mois d'âpres négociations. Cet accord, dont les clauses n'ont pas été rendues publiques, oblige l'entreprise française à respecter un code minier adopté en 2006 par le Niger, qui aboutit à une taxation plus lourde, tout en la soulageant d'autres impôts, selon le ROTAB.

Tout lire

Article
15 May 2017

Niger: un activiste de la société civile arrêté à Agadez

Auteur: Pierre Pinto, RFI

Au Niger, un activiste du Cadre d'action pour la démocratie et les droits de l'homme, Abdourahmane Insar, également secrétaire général du CRI, le collectif pour le renouveau et l'innovation, a été arrêté dans la nuit de samedi à dimanche dans un bar à Agadez. On lui reprocherait de l'incitation à la violence en raison d'écrits sur les réseaux sociaux. Il aurait notamment fustigé le manque de détermination de la société civile à manifester pour que la lumière soit faite sur « l'uraniumgate »...Au Niger, un activiste du Cadre d'action pour la démocratie et les droits de l'homme, Abdourahmane Insar, également secrétaire général du CRI, le collectif pour le renouveau et l'innovation, a été arrêté dans la nuit de samedi à dimanche dans un bar à Agadez. On lui reprocherait de l'incitation à la violence en raison d'écrits sur les réseaux sociaux. Il aurait notamment fustigé le manque de détermination de la société civile à manifester pour que la lumière soit faite sur « l'uraniumgate ».

Tout lire

Article
11 May 2017

Niger: une manifestation de la société civile dispersée à Niamey

Auteur: Moussa Kaka, RFI

Une manifestation de la société civile a été interdite, mercredi 10 mai 2017, à Niamey. Le début du meeting et de la marche ont rapidement été dispersés par la police. Pour les organisateurs, qui avaient appelé à cette mobilisation pour défendre l'école publique nigérienne, cette interdiction de manifester est inadmissible. Pour l’organisation du rassemblement, la notification d'interdiction de la manifestation est arrivée tard mardi soir. Trop tard pour pouvoir être relayée aux manifestants.

Tout lire