Niger: La société civile rejette la loi des finances 2018 qu'elle considère comme privilégiant les intérêts des multinationales au détriment du peuple

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Article
15 January 2018

Loi des finances 2018 : La société civile nigérienne enfin autorisée à manifester

Auteur: nigerdiaspora.net (Niger)

...après trois tentatives infructueuses...les organisations de la société civile nigérienne ont enfin obtenu le feu vert des autorités pour battre le pavé à Niamey...C’est donc toujours contre la loi des finances 2018 que les Nouhou Arzika, Moussa Tchangari, Ali Idrissa et les autres grands noms des bonnets blancs...ont...marché...Pour expliquer à l’opinion nationale et internationale combien ce budget est une arnaque contre les petits contribuables...Entre autres dispositions, les manifestants ont rejeté : 1. la création d’une taxe d’habitation que devront désormais acquitter toutes les personnes disposant d’un compteur relié au réseau d’électricité ou d’un système autonome d’énergie électrique, qu’elles soient propriétaires des maisons, simples locataires ou de personnes y habitant à titre gratuit; 2. le rehaussement du taux de l’Impôt Synthétique de 2 à 5% pour les activités commerciales et de 3 à 7% pour les prestations de service, assorti de la fixation de minima de 60 000F pour le commerce et 80 000F pour les prestations de service ; 3. l’extension de l’assiette de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) qui sera appliquée désormais au transport routier des marchandises et des voyageurs, aux affaires faites par les commerçants qui se livrent à la commercialisation des produits agricoles après acquisition auprès des producteurs ruraux, à divers produits, notamment des denrées alimentaires, des intrants agricoles, des fournitures scolaires jusque-là exonérés.

Tout lire

Article
14 January 2018

Mémorandum des OSC : Tout ce que la Société Civile Nigérienne reproche à la loi des finances 2018

Nous rejetons cette loi de finances 2018 parce qu’elle comporte toute une batterie de mesures à caractère fiscal et administratif susceptibles d’affecter sérieusement la situation, déjà difficile, des ménages nigériens. En effet, le gouvernement nigérien envisage, à travers ce projet de loi de finances, d’accentuer la pression fiscale sur les couches défavorisées de la population, tout en accordant des cadeaux fiscaux inacceptables à certaines catégories de contribuables, notamment les compagnies de téléphonie et les marketteurs et promoteurs indépendants du secteur des hydrocarbures. Les mesures à caractère fiscal contenues dans ce projet et affectant les couches populaires, concernent notamment : la création d’une taxe d’habitation...le rehaussement du taux de l’Impôt Synthétique de 2 à 5% pour les activités commerciales....l’extension de l’assiette de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA)...L’objectif est clair : il s’agit de faire payer aux contribuables les plus modestes les cadeaux fiscaux destinés à des amis...les cadeaux fiscaux offerts par le gouvernement s’élèvent à environ 29 milliards de francs CFA pour les seules compagnies de téléphonie...tandis que le « manque-à-gagner » lié à la modification des taux et des modalités de calcul de l’impôt minimum forfaitaire pour les marketteurs et les promoteurs indépendants du secteur des hydrocarbures, est estimé à près de 15 milliards de francs CFA...Ces mesures [fiscales] sont l’illustration parfaite de la propension des autorités en place à privilégier et défendre les intérêts étrangers, notamment celles des grosses compagnies multinationales, au détriment de ceux du peuple nigérien. C’est le lieu de rappeler que notre pays est devenu un véritable eldorado pour les quelques grosses compagnies étrangères qui s’y sont installées; car, elles bénéficient non seulement de divers avantages fiscaux légaux, mais aussi de la complaisance totale des autorités en matière de contrôle de la qualité des services et des conditions environnementales. C’est le cas notamment d’Areva qui refuse l’application de la loi minière 2006 et qui exploite notre uranium sans avoir signé une convention en bonne et due forme; c’est aussi le cas des compagnies de téléphonie, qui refusent une taxe appliquée partout dans le monde; c’est enfin le cas de la CNPC qui exploite notre pétrole dans des conditions opaques.

Tout lire

Article
14 January 2018

Niger : manifestations contre la loi de finances 2018

Auteur: BBC

...les manifestants mobilisés par une coalition d'organisations de la société civile, ont défilé en scandant des slogans contre le gouvernement. "C'est une loi antisociale qui ne cadre pas avec les aspirations du peuple", a dit Maikoul Zodi, un des organisateurs de la manifestation. Ali Idrissa, un autre organisateur, dit ne pas comprendre que "l'Etat qui supprime 30 milliards de francs CFA de recettes au profit des compagnies étrangères, dont celles de téléphonie, veuille rechercher 14 milliards de francs CFA auprès des pauvres citoyens nigériens". Un meeting a été tenu par les protestataires devant le parlement, qui a voté cette loi à une écrasante majorité en fin novembre 2017...Selon le ministère nigérien de l'Intérieur, 600 personnes ont pris part à une manifestation similaire à Zinder, la seconde ville du pays et près de 400 à Dosso, dans le Sud-Ouest. Le ministre nigérien des Finances, Hassoumi Massoudou avait affirmé devant les députés que les mesures de la loi des finances 2018 "ne touchent pas les pauvres" mais plutôt les "plus riches". Il avait assuré que la pression fiscale sera comprise "entre 13% et 16%, soit son niveau de 2015".

Tout lire