Niger: L'exploitation du pétrole menace une réserve naturelle ainsi que l'élevage

Auteur: Jean Marie Takouleu, Afrik 21 (France), Publié le: 5 August 2019

"NIGER : l’exploitation pétrolière de CNPC menace la réserve de Termit et Tin-Toumma", 2 août 2019

Le gouvernement du Niger a décidé de déclassifier une partie de la Réserve naturelle nationale de Termit et Tin-Toumma (RNNTT) au profit d’une exploitation pétrolière de l’entreprise China National Petroleum Corporation (CNPC). Préserver la biodiversité au milieu d’un environnement désertique, c’est le défi auquel s’est confrontée l’organisation non gouvernementale (ONG) française Noé qui a obtenu la gestion déléguée de la Réserve naturelle nationale de Termit et Tin-Toumma (RNNTT). Elle vient de tirer la sonnette d’alarme après la décision des autorités nigériennes de déclassifier une partie de la réserve pour exploiter du pétrole...

La réserve de Termit et Tin-Toumma est l’une des plus grandes du continent africain, avec une superficie avoisinant les 100 000 km2...Les experts la savaient déjà menacée par un gisement de pétrole, puisque l’entreprise China National Petroleum Corporation (CNPC) exploite des puits dans la région depuis quelques années...Le Niger a signé un contrat de partage de production (CPP) le 2 juin 2008 avec la CNPC, qui stipule à son article 36.9 que « la zone contractuelle ne contient pas de périmètre faisant l’objet de classement ou d’une protection particulière, au niveau national ou international ; l’État s’abstiendra de créer de tels périmètres sur les zones contractuelles pendant la durée du contrat », a indiqué le gouvernement du Niger..[qui]...affirme par ailleurs que « la réserve de Termit et Tin-Toumma conservera la même superficie de 96 560 km2, mais les limites seront déplacées vers les communes de l’ouest et du nord notamment vers les communes d’Aderbisnat, de Tenhia, de Tchirozérine, de Tabelot et de Timia ».

Selon Sébastien Pichon, les zones proposées par le gouvernement ne représentent aucun enjeu pour la biodiversité. « La partie à l’ouest concentre les activités humaines. Il s’agit essentiellement de l’élevage. Par ailleurs, la ville d’Agadez se retrouverait en périphérie de la réserve », note le responsable de Noé. Ce dernier propose de mettre en place avec CNPC « des mesures environnementales et sociales et des mécanismes de compensation qui répondent aux normes internationales ».

Tout lire

Entreprises concernées: China National Petroleum Corporation (CNPC)