Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Ce contenu fait partie d’une histoire plus large, mais cette histoire n’est pas disponible dans votre langue. Nous vous recommandons quand même de lire ce contenu dans le contexte d’une des histoires suivantes :

[PDF] Sénégal: le projet agricole de Senhuile constitue un accaparement de terres qui viole tous les droits des communautés locales, selon un rapport d'ActionAid

Auteur: ActionAid, Publié le: 22 October 2014

"Quel avenir sans ma terre ? Des communautés mobilisées pour récupérer leur terre" 22 Octobre 2014

Plutôt que de tirer les leçons de cet évènement tragique à Fanaye, Senhuile [filiale de Tampieri Financial Group] a poursuivi la mise en oeuvre du projet. Elle a bénéficié du manque de protection des droits d’usage de la terre des communautés locales, n’a pas mené des consultations adéquates des communautés affectées, a ignoré son obligation légale en vertu du droit sénégalais de mener une Etude d’impact environnemental et social approfondie avant d’entreprendre ses activités à Ndiael...Le projet de Senhuile-Senethanol regroupe tous les éléments caractéristiques d’un accaparement de terres. Le gouvernement n’a pas exercé de contrôle sur les activités menées par l’entreprise, et a violé le droit international des droits humains, en particulier les Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers et les principes concernant le consentement préalable donné librement et en connaissance de cause. L’entreprise a mal géré le processus; elle a bénéficié du laisser-faire du gouvernement et a manqué à son obligation de respecter le droit international des droits de l’Homme. L’investissement n’est pas fondé sur une évaluation approfondie des impacts sociaux, économiques et environnementaux ; il ne repose pas sur des procédures transparentes définissant des engagements clairs et contraignants en ce qui concerne les activités, l’emploi et le partage des bénéfices...En conséquence, les droits à l’alimenttion, à l’eau, la liberté de mouvement et les droits des femmes ont été violés, et les droits coutumiers fonciers des communautés locales n’ont pas été respectés. [Nous avons invité Senhuile à répondre à ces allégations, elle a promis de nous envoyer sa réponse dès que possible].

Tout lire

Entreprises concernées: Senhuile S.A