Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Vous êtes redirigé vers l’histoire dans laquelle le contenu a été trouvé pour que vous puissiez le lire dans son contexte. Veuillez cliquer sur le lien suivant si vous n’êtes pas automatiquement redirigé dans quelques secondes.
fr/les-négociants-de-pétroles-suisses-«-inondent-l’afrique-de-carburants-toxiques-»-selon-public-eye#c148341

Quatre pays d'Afrique de l'Ouest s'engagent à bannir les carburants toxiques

Auteur: RFI, Publié le: 5 December 2016

Après le Ghana, il y a un mois, quatre pays d'Afrique de l'Ouest promettent à leur tour d'interdire les carburants toxiques sur le sol. Il s'agit du Nigeria, du Bénin, de la Côte d'Ivoire et du Togo. A l'occasion d'une réunion organisée jeudi dernier à Abuja par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), ils se sont engagés à limiter drastiquement la teneur en soufre autorisée pour les carburants importés dès juillet 2017. Cette décision intervient quelques mois après le publication d'un rapport explosif de l'ONG Suisse Public Eye, baptisé «Dirty Diesel». En septembre dernier, l'ONG Public Eye jetait un véritable pavé dans la mare. Dans son rapport « Dirty Diesel », on apprenait que des négociants suisses déversaient sur le marché africain des carburants très nocifs, contenant jusqu'à 400 fois plus de soufre que ce que prévoient les normes européennes. Et ce, paradoxalement, en toute légalité du fait de la faiblesse des législations sur le continent. Pour Gian-Valentino Viredaz, l’un des auteurs de ce rapport, voir quatre pays d'Afrique de l'Ouest promettre ensemble de lutter contre ces pratiques est une très bonne nouvelle. « L’engagement qui a été pris par le Nigeria, le Bénin, la Côte d’Ivoire et le Togo, c’est de réduire de 60 fois la teneur en soufre des carburants importés dans le pays : de passer d’une teneur en soufre autorisée de 3 000 parties par million à plus que 50 parties par million, et ceci dès juillet 2017, explique-t-il. Alors maintenant, nous nous souhaitons véritablement voir ces différents Etats passer de la parole aux actes. » Cela signifie modifier les législations nationales et aussi négocier avec les fournisseurs pour les convaincre d'abaisser leurs marges et de ne pas répercuter ces nouvelles normes sur le prix à la pompe.

 

Tout lire