Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Rép. dém. du Congo: Les entreprises de télécommunications ayant coupé l'internet durant les récentes manifestations ont porté atteinte aux droits de l'homme, selon un institut de recherche

Auteur: Lucien Dianzenza, Agence d'information d'Afrique Centrale, Publié le: 4 January 2018

« Violations des droits humains : des sociétés de télécommunications indexées », 2 janvier 2018

... [L]’IRDH rappelle que les sociétés de télécommunications, notamment Vodacom, Orange, Airtel, Africel et Tigo ont privé la population congolaise d'accès à l'Internet, alors que celle-ci protestait le 31 décembre 2017 contre le président Kabila Joseph dont le mandat constitutionnel a déjà expiré depuis décembre 2016. L’action de ces entreprises, selon l'IRDH, a eu pour conséquence le blocage de la communication entre manifestants. Ceux-ci ne pouvaient ni documenter, ni informer instantanément l’opinion nationale et internationale sur ce qui se passait réellement sur le terrain.

...[Selon l’IRDH] Internet est un droit fondamental au même titre que l’accès à l’eau potable et à l’électricité. [C]ouper l’Internet, empêcher ou restreindre l’accès à l’information diffusée en ligne...est une grave atteinte aux droits de l’Homme.

Cet institut regrette... que les entreprises de télécommunications aient respecté des instructions du gouvernement, dans un contexte de crise politique où la population civile est régulièrement tuée par des policiers ou militaires. 

... [Selon] l’IRDH, les entreprises de télécommunications savent ou devraient savoir qu’elles participent régulièrement à une telle politique du gouvernement consistant à réprimer des civils....« Elles doivent choisir entre l’obéissance aveugle aux ordres qui débouchent sur des atteintes aux droits de l’Homme et leur réputation à travers le monde », a [dit l'institut].

[Fait également référence à Facebook, WhatsApp, Instagram, Tweeter, Google+, Baidu Tieba, Skype, Viber, Pinterest, LinkedIn, Tagged, Badoo, My Space, Youtube, Vimeo, Buzznet, Meetup, Snapfish, et imo]

Tout lire

Entreprises concernées: Airtel (see Bharti Airtel) Orange Tigo (part of Millicom) Vodacom