Rép. dém. du Congo : Un nouveau rapport d'Amnesty International met en évidence les violations des droits humains liées à l'exploitation minière dans le Katanga

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Réponse
1 July 2013

Réponse de Misa Mining au sujet du rapport d’Amnesty International sur l’exploitation minière en RDC

Auteur: Misa Mining (Rép. dém. du Congo)

Le Centre de Ressources sur les Entreprises & les Droits de l’Homme (Business & Human Rights Resource Centre) a invité Misa Mining à répondre aux rapports suivants d’Amnesty International : • « Pertes et Profits : Exploitation minière et droits humains dans le Katanga, en République démocratique du Congo », juin 2013 [Français] • « Profits and Loss: Mining and Human Rights in Katanga, Democratic Republic of the Congo », June 2013 [English]. Misa Mining nous a envoyé la réponse suivante.

Télécharger le document

Article
1 June 2013

[PDF] Pertes et profits - Exploitation minière et droits humains dans le Katanga, en République démocratique du Congo

Auteur: Amnesty International

Le présent rapport rassemble des informations sur les violations des droits humains et les atteintes liées à l’exploitation artisanale aussi bien qu'industrielle des mines, y compris sur les expulsions forcées de populations vivant à l’abord des sites d'extraction et sur les violations des droits fondamentaux des creuseurs...L’organisation a mis au jour des éléments prouvant l’existence de graves problèmes en matière de droits humains [sur le site minier de Tilwezembe] : conditions de travail nuisant à la santé et relevant de l’exploitation, travail des enfants, mauvais traitements infligés aux creuseurs...Les entreprises suivantes ont répondu [à Amnesty International] : Glencore Xstrata, le Groupe Bazano et Misa Mining...[en revanche]...la China Railway Engineering Corporation (CRECG), la China Railway Group Limited, la Compagnie Minière de Luisha (COMILU) [joint venture de China Railway et Gécamines], la Congo International Mining Corporation (CIMCO) [filiale de China Raiwail] et Gécamines [n'ont pas répondu. Nous avons invité Misa Mining à répondre au rapport, ce qu'elle à fait en nous envoyant la lettre qu'elle avait déjà adressée à Amnesty (voir le document ci-dessous) et nous avons également invité China Railway à répondre aux accusations contre l’entreprise et ses filiales en RDC, nous indiquerons si l’entreprise y répond ou non. Le rapport fait aussi référence à Banro, Katanga Mining et Sicomines].

Tout lire