Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Rép. dém. du Congo: Un rapport d'Amnesty International et d'Afrewatch met en lumière le travail des enfants derrière la production de smartphones et de voitures électriques

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Rapport
19 January 2016

"Voilà pourquoi on meurt" - Les atteintes aux droits humains en République démocratique du Congo alimentent le commerce mondial du cobalt

Ce rapport, pour lequel des recherches ont été menées conjointement par Amnesty International et African Resources Watch (Afrewatch), examine les conditions dans lesquelles les mineurs artisanaux extraient une proportion importante de l'offre mondiale en cobalt avant de retracer le parcours du minerai jusqu'à sa commercialisation. Il s'agit du premier compte-rendu exhaustif de la manière dont le cobalt provenant des mines artisanales de RDC parvient jusque dans la chaîne d'approvisionnement de multinationales, parmi lesquelles figurent certaines des sociétés d'électronique les plus riches au monde. Ce rapport détermine à quel point les entreprises ont mis en place les mesures de diligence nécessaire pour connaître l'origine du cobalt contenu dans leurs produits et les conditions dans lesquelles ce minerai est extrait et commercialisé...Amnesty International et Afrewatch ont conduit des travaux de recherche dans les zones minières artisanales...interrogé près de 90 personnes y travaillant ou y ayant travaillé, dont 17 enfants. L'exposition chronique à la poussière contenant du cobalt peut éventuellement résulter en une maladie pulmonaire mortelle connue sous le nom de « fibrose pulmonaire aux métaux durs »...En 2014, l'UNICEF a estimé qu'environ 40 000 jeunes garçons et filles travaillaient dans l'ensemble des mines au sud de la RDC, la plupart impliquant l'extraction de cobalt...Les enfants interrogés dans le cadre de ce rapport se sont plaints de tomber fréquemment malades. « Il y a beaucoup de poussière et il est très facile d'attraper un rhume. Et nous avons mal partout, » a expliqué Dany, un adolescent de 15 ans, aux chercheurs...des négociants indépendants...achètent le minerai sans prêter attention à sa provenance ou à ses conditions d'extraction...Congo Dongfang Mining International (CDM) était au cœur de ces échanges. CDM est une filiale appartenant exclusivement au groupe chinois Zhejiang Huayou Cobalt Company Ltd (Huayou Cobalt) qui figure parmi les plus gros fabricants de produits à base de cobalt au monde...Amnesty International a écrit à Huayou Cobalt et 24 autres sociétés en Chine, en Allemagne, au Japon, en Corée du Sud, à Taïwan, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Parmi ces entreprises figurent certaines des marques d'électronique les plus importantes au monde et les plus connues des consommateurs, à savoir Apple, Dell, Hewlett-Packard, Huawei, Lenovo (Motorola), LG, Microsoft, Samsung, Sony et Vodafone, ainsi que les constructeurs automobiles Daimler et Volkswagen, et la firme chinoise BYD. Leurs réponses sont détaillées en annexe [du rapport].

Télécharger le document

Article
19 January 2016

Le travail des enfants derrière la production de smartphones et de voitures électriques

Auteur: Amnesty International et l'Observatoire africain des ressources naturelles (AFREWATCH)

De grandes marques électroniques, comme Apple, Samsung et Sony, n'effectuent pas les contrôles élémentaires afin de vérifier que la fabrication de leurs produits n’intègre pas de cobalt extrait dans les mines par des enfants, écrivent Amnesty International et Afrewatch [Observatoire africain des ressources naturelles] dans un [nouveau] rapport...Intitulé  «Voilà pourquoi on meurt». Les atteintes aux droits humains en République démocratique du Congo alimentent le commerce mondial du cobalt, ce document retrace le parcours du cobalt utilisé dans les batteries lithium-ion, depuis les mines où des enfants parfois âgés de sept ans seulement et des adultes travaillent dans des conditions périlleuses...« Les vitrines des boutiques chics et le marketing des technologies de pointe contrastent vivement avec les enfants ployant sous les sacs de roches et les mineurs s'affairant dans les étroits tunnels qu'ils ont creusés, exposés au risque de contracter des affections pulmonaires permanentes...Des millions de personnes bénéficient des avantages des nouvelles technologies, sans se préoccuper de la manière dont elles sont fabriquées. Il est temps que les grandes marques assument leur part de responsabilité dans l'extraction des matières premières qui rendent leurs produits si lucratifs. »...[a déclaré Mark Dummett, spécialiste de la responsabilité des entreprises en matière de droits humains à Amnesty International]...« C'est le grand paradoxe de l'ère numérique : des entreprises parmi les plus florissantes et innovantes du monde sont capables de commercialiser des produits incroyablement sophistiqués sans être tenues de révéler où elles se procurent les matières premières incluses dans leurs composants...Les violations des droits humains perpétrées dans les mines demeurent hors de la vue et des consciences : en effet, sur le marché mondialisé, les consommateurs n'ont aucune idée des conditions de travail dans les mines, les usines et les chaînes de montage. Nous avons découvert que les négociants achètent le cobalt sans poser de questions sur le lieu et les conditions d'extraction. » [a ajouté Emmanuel Umpula, directeur exécutif d'Afrewatch...].

 

Tout lire