République du Congo: Les activités de forage d’une compagnie pétrolière menacent les plus importantes tourbières tropicales du monde, selon une étude - avec les commentaires de l'entreprise concernée

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Article
1 March 2020

Congo-Brazzaville: Global Witness s'alarme des projets pétroliers dans le Nord

Auteur: RFI

Dans une enquête publiée...Global Witness s'alarme des projets pétroliers dans la zone des tourbières située au nord du Congo, la zone dite de la Cuvette centrale...

Toucher aux tourbières, c'est prendre le risque d'enclencher une bombe climatique, pour Colin Robertson, chercheur à Global Witness. Ces vastes zones de forêts humides situées au nord du Congo abritent près de 30 milliards de tonnes de carbone, trois fois les émissions annuelles mondiales. Or une société congolaise, la PEPA, contrôlée par le milliardaire Claude Wilfrid Etoka, prétend avoir découvert dans cette zone 360 millions de barils de pétrole. Une « miraculeuse découverte » qualifiée par Mediapart, co-auteur d'une enquête publiée conjointement avec l'ONG britannique, de « au mieux grossièrement enjolivée, au pire complètement bidon »...

Un premier forage a pourtant été mené récemment dans le bloc de Ngoki, ce qui inquiète Colin Robertson : « Si on développe une industrie pétrolière là-bas, cela va nécessiter la construction de routes, peut-être d'oléoducs, donc il y a des risques. Dans la zone du permis de Ngoki, il y a des tourbières de 6 000 km2, ce sont des tourbières assez vastes. Les impacts possibles n'ont pas vraiment été étudiés par le projet. »

Pour Global Witness en effet, les études d'impact environnemental brandies par la société pétrolière sont biaisées, car réalisées avant la découverte des tourbières. De plus, Colin Robertson rappelle que le président Denis Sassou-Nguesso s'est engagé à doter ces tourbières d'un statut juridique permettant de les protéger. Mais ce statut n'entrera pas en vigueur avant 2025. En attendant, le risque est grand de voir les compagnies pétrolières saccager le secteur. C'est pourquoi Global Witness appelle ces compagnies, dont le français Total, qui dispose d'un permis d'exploration au nord de Ngoki, à renoncer à leur activités.

Tout lire

Rapport
28 February 2020

Ce qui se cache sous terre: Une enquête révèle comment un des hommes les plus riches d’Afrique a obtenu dans des circonstances douteuses un projet pétrolier associé aux dirigeants corrompus de la République du Congo, mettant ainsi en danger des tourbières

Auteur: Global Witness

La Cuvette centrale est une vaste zone de forêts et de marécages en plein cœur du bassin du Congo. Elle joue un rôle critique pour la biodiversité et le climat mondial, faisant partie intégrante de la deuxième plus vaste forêt humide tropicale du monde...la région abrite aussi les plus importantes tourbières tropicales du monde. Les tourbières du bassin du Congo sont cruciales pour la lutte mondiale contre le changement climatique. D’après les estimations, elles stockeraient 30 milliards de tonnes de carbone, soit l’équivalent de trois années d’émissions mondiales de combustibles fossiles... 

Si cette région venait à être pleinement exploitée par des compagnies pétrolières, une grande partie des tourbières devrait être drainée pour aménager des routes et d’autres infrastructures. La Cuvette constitue de fait l’une des plus importantes bombes à retardement de la planète en termes de carbone. La région est également l’une des dernières au monde à avoir été découvertes à des fins d’exploration pétrolière...

La découverte de ce gisement a été annoncée par une compagnie congolaise privée, Petroleum Exploration and Production Africa (PEPA)...[dont le président du conseil d’administration de PEPA, et vraisemblablement son principal actionnaire, est Claude Wilfrid « Willy » Etoka]...entretient des liens étroits avec la famille du Président Sassou-Nguesso...Willy Etoka nie entretenir des relations financières directes avec le président congolais ou son fils. « J’ai des liens d’amitié avec la famille Nguesso, c’est certain », a-t-il indiqué ...

M. Etoka a déclaré à Global Witness : « Comparativement au Bassin côtier qui présente à divers endroits, des traces de pollution marine, les travaux d’exploration pétrolière dans le Bassin de la Cuvette ne présentent aucun risque de perturbation environnementale. Le Président de la République du Congo qui est porteur du dossier de protection du Bassin du Congo, ne nous aurait pas autorisés à entreprendre la prospection pétrolière dans cette zone, si de tels risques étaient mis en évidence. » M. Etoka a également rappelé que les travaux d’exploration avaient été précédés de l’EIE, laquelle avait été approuvée par le ministère congolais de l’Environnement, et que le champ Ngoki était «hors » de la zone des tourbières...[Se réfère à Société Nationale des Pétroles du Congo, Petroleum Exploration and Production Africa, Total, Eni, Shell, Glencore, Barclays, BNP Paribas, Crédit Agricole, Gunvor, Pilatus Energy and JP Morgan].   

Tout lire

Article
28 February 2020

Un projet pétrolier en République du Congo obtenu par un magnat « présentant un risque de corruption » menace les tourbières forestières cruciales pour le climat

Auteur: Global Witness

Un nouveau rapport de Global Witness révèle que l’un des plus importants puits de carbone au monde est menacé par l’exploration pétrolière. Des activités de forage dans les tourbières forestières de la République du Congo, qui jouent un rôle clé dans la régulation du climat, pourraient faciliter l’émission de milliards de tonnes de carbone. Les financeurs potentiels de ce projet risquent également de faire face à une corruption et de se retrouver bredouilles.

En août 2019, une compagnie contrôlée par l’un des hommes les plus riches d’Afrique, Claude Wilfrid Etoka, annonçait la découverte d’une réserve pétrolière soi-disant considérable en République du Congo. Cette réserve se trouve dans une région où, en 2014, des scientifiques ont révélé l’existence de la plus vaste zone de tourbière tropicale du monde, qui stockerait 30 milliards de tonnes de carbone – soit l’équivalent de trois années d’émissions mondiales de combustibles fossiles...

...Global Witness révèle que, contrairement aux dires du gouvernement congolais, ce projet pétrolier menace directement ces tourbières critiques pour le climat. L’étude d’impact environnemental consacrée à cette zone remonte pratiquement dans sa totalité à l’époque où les tourbières n’avaient pas encore été découvertes, et elle ne contient aucune analyse du risque qu’un forage leur fait courir.

« Le projet de Ngoki se caractérise par des risques apparents de corruption, et il pourrait infliger des préjudices environnementaux irréversibles », a commenté Colin Robertson de Global Witness. « Ses liens avec le clan dirigeant du Congo et la gestion visiblement irresponsable des questions environnementales font que tout investisseur risquerait beaucoup à soutenir ce projet. »

« Les tourbières du Congo sont le dernier endroit sur terre où il faudrait envisager d’extraire des combustibles fossiles. Les grandes compagnies pétrolières, notamment Total et ENI, devraient faire savoir publiquement qu’elles n’investiront dans l’exploration pétrolière dans aucune zone de tourbière du bassin du Congo ou à proximité. Les banques devraient aussi refuser de financer toute activité de forage en ces lieux, et les donateurs devraient insister pour que toute exploration soit proscrite », a précisé Colin Robertson.

Tout lire