Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

RDC: Le BIT développe un programme de lutte contre le travail des enfants dans les mines de cobalt

Auteur: RFI, Publié le: 19 November 2019

"RDC: comment lutter contre le travail des enfants dans les mines?", 14 novembre 2019 

Le Forum de Paris sur la paix s’est terminé ce mercredi. L’occasion, pour la société civile, des associations ou des ONG, de présenter leurs projets, dans les secteurs dans lesquels ils sont engagés. L’un des projets présentés concerne la lutte contre le travail des enfants dans les mines de cobalt, en République démocratique du Congo. Difficile de savoir précisément combien d’enfants travaillent dans les mines de cobalt artisanales en République démocratique du Congo. Un pays qui assure plus de la moitié de la production mondiale de ce minerai très prisé, que l’on retrouve par exemple dans les smartphones.

Le Bureau international du travail mène actuellement un projet, pour combattre le travail des enfants dans ces mines de Kolwezi, dans le sud de la RDC. L’administrateur du BIT, chargé des programmes pour l’Afrique centrale, explique qu’il existe un plan sectoriel, au niveau national, depuis 2017...Mais pour Roger Nkambu, il faut aller au-delà de la volonté politique, et prendre des mesures pour traiter le fond du problème : « Il faut faire attention parce qu’aujourd’hui, tous les parents qui font travailler leurs enfants, ce n’est pas de gaieté de cœur, mais peut-être qu’ils sont forcés à le faire. Tout simplement parce qu’il y a la pauvreté des familles à la base. Et donc, il va falloir trouver des alternatives à la fois pour les familles et pour les enfants. »

C’est d’autant plus important, poursuit Roger Nkambu, que ces enfants constituent un vivier pour les groupes armés. Il faut donc leur offrir la possibilité d’une éducation, et d’un avenir de qualité : « Si la population peut avoir un transport tous les jours, si la population peut faire éduquer ses enfants tous les jours, si la population peut manger tous les jours, c’est là que les changements pourront commencer. »

 

 

Tout lire