Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Vous êtes redirigé vers l’histoire dans laquelle le contenu a été trouvé pour que vous puissiez le lire dans son contexte. Veuillez cliquer sur le lien suivant si vous n’êtes pas automatiquement redirigé dans quelques secondes.
fr/rép-dém-du-congo-le-trafic-de-minerais-se-poursuit-dans-lex-katanga-selon-rfi#c132827

RDC: le trafic de minerais se poursuit dans l’ex-Katanga

Auteur: RFI, Publié le: 8 February 2016

Le sujet de la lutte contre la fraude douanière est toujours d'actualité, en République démocratique du Congo. Il y a un mois, 14 camions, qui transportaient des minerais bruts, ont été interceptés à la frontière avec la Zambie. Ce même jour, huit autres véhicules ont pu passer le poste de Kasumbalesa sans être inquiétés. Pour ne parler que des 14 camions concernés par l'affaire de fraude portée devant les tribunaux, le convoi ne disposait d'aucun document en rapport avec l'exportation, explique-t-on à la direction générale des douanes et accises à Kinshasa. Une anomalie que la direction provinciale des mines du Lualaba a cherché à régulariser après l'interception des véhicules. Avant d'atteindre le poste de Kasumbalesa, un contrôle concernant le contenu et la radioactivité des minerais est effectué à la barrière de Kisanga, à la sortie de Lubumbashi. Comment alors expliquer qu'un convoi aussi important parvienne à la frontière aussi facilement sans être inquiété le moins du monde ? A cette même barrière, les services de l'Etat parmi lesquels les renseignements militaires et les minesn'ont pas vu passer, un peu plus tard, une file de huit autres camions également interceptés à la frontière avec des matières de même nature. Les propriétaires ainsi que les conducteurs de ce dernier groupe de véhicules se sont, eux, volatilisés le plus facilement du monde.

Tout lire