RDC: Les entreprises européennes qui achètent du bois à IFCO risquent d’enfreindre les législations de l’UE, selon un rapport - Les industriels du bois congolais rejettent les accusations

Souscrire au flux RSS de cette rubrique

Tous les éléments de cette histoire

Article
25 March 2019

Le Gouvernement condamne la volonté de Global Witness de jeter un discrédit sur les produits forestiers congolais

Auteur: Digital Congo (RDC)

Après la réaction musclée de la Fédération des Industries du Bois en RDC (FIB) contre le 2ème rapport de Global Witness où il incrimine les produits forestiers de la RDC en général et en particulier ceux de la société IFCO (Industrie Forestière du Congo), comme étant à haut risque pour les marchés européens du fait des pratiques d’exploitation forestière illégales en RDC et du laxisme du Gouvernement dans l'application des textes légaux régissant le secteur de l’exploitation forestière, c’est le tour du Gouvernement congolais...de condamner la volonté délibérée de cette Ong de jeter un discrédit sur les produits forestiers congolais en manipulant l’opinion Internationale...

Le Secrétaire général à l’Environnement et au développement durable...a...concentré sa réplique sur trois points : de la conformité aux exigences nationales et internationales de l’exploitation forestière en RDC, l'investissement dans le secteur forêt dans le pays et la protection de l'environnement, de la conservation de la nature et de lutte contre le changement climatique global...le Secrétaire Général rappelle que la direction de contrôle et vérification interne (DCVI) suit régulièrement l’activité d’exploitation forestière...et qu’elle évalue...la conformité des entreprises installées en RDC... 

Au sujet de la protection de l’environnement, de la conservation de la nature et de la lutte contre changement climatique, force est de constater que la RDC est signataire de toutes les conventions de Roi. Dans ce sens, il est déterminé à respecter les résolutions de ces conventions...

Voilà pourquoi l’administration forestière encourage les Ong autorisées et exerçant leurs actions en RDC à continuer d’œuvrer aux côtés du gouvernement pour apporter des solutions durables à la problématique de gestion responsable des ressources forestières en RDC...

Tout lire

Article
21 March 2019

RDC : Les industriels du bois rejettent les accusations de Global Witness sur IFCO et COTREFOR

Auteur: Amédée MK, deskeco.com (RDC)

Le président de la Fédération des industriels du bois (FIB), Gabriel Mola Motiya (photo), a réfuté toutes les accusations de Global Witness contre les sociétés d’exploitation du bois IFCO et COTREFOR opérant en République démocratique du Congo.

“La Fédération des industriels du bois (FIB) condamne fermement les déclarations faites par M. Colin Robertson sur la chaîne de Radio RFI et les allégations contenues dans ce document, et tient à préciser que son membre, Industrie Forestière du Congo (IFCO) a scrupuleusement respecté les exigences en matière de création d’entreprises en République démocratique du Congo, qu’elle a acquis légalement ses concessions forestières et qu’elle travaille en toute légalité et en étroite collaboration avec les administrations établies en RDC”, a déclaré le président de la FIB... 

“La FIB réfute totalement les allégations contenues dans le document de Global Witness “Buyers Beware”,  mars 2019” et les déclarations faites sur les médias et condamne de la manière la plus forte la démarche menée par Global Witness “, a encore dit Gabriel Mola.

Global Witness dans son rapport a allégué qu’IFCO a opéré dans l’illégalité entre mars et avril 2018. Ce que la FIB récuse.

” Après toutes les vérifications faites sur les éléments ayant motivé la suspension des activités au mois de février 2018, l’administration provinciale a bien pu constater qu’IFCO payé régulièrement toutes ses taxes (superficie et autres), que le code du travail est scrupuleusement respecté par IFCO, que les clauses sociales du bloc d’aménagement Quinquennal n°1 sont bien exécutés, et qu’il existe bel et bien une clause sociale avec les communautés du Groupement Loma...Ces observations ont amené les activités d’IFCO sur la concession Baulu tout en félicitant notre membre du travail abattu “, a soutenu le président de la FIB.

Dans son rapport, Global Witness soutient encore que la société COTREFOR” a exploité la forêt en dehors des périmètres autorisés, créant des routes forestières débordant de 2 à 20 km sur une forêt située à l’extérieur de la zone de la coupe autorisée”.

” Nous tenons à rappeler que Global Witness n’a pas le monopole de l’analyse de l’imagerie satellitaire. Encore, faudrait-il que cette analyse soit faite de la manière la plus objective possible…Cette section de route représentait une avance route sur le Bloc Quinquennal 2018-2022 dont le Plan de Gestion avait été soumis à l’administration depuis mars 2017 et le Plan Annuel d’opérations de l’AAC 2-1 avait été déposé en septembre 2017. Il convient de rappeler que COTREFOR avait reçu de l’administration forestière, des notifications de validation de tous ces supports de planification”, a expliqué le président de la FIB.

Tout lire

Article
15 March 2019

Bois illégal en RDC: Global Witness interpelle des sociétés européennes contre IFCO

Auteur: RFI

L'ONG Global Witness interpelle plusieurs entreprises européennes importatrices de bois. L'ONG leur demande de s'assurer que le bois qu'elles achètent en République démocratique du Congo n'est pas issu de l'exploitation illégale, et donc de mieux contrôler les activités des entreprises auprès desquelles elles s'approvisionnent...Global Witness s'intéresse particulièrement à IFCO, le deuxième exportateur de bois en RDC.

Lors de sa création, l'année dernière, l'Industrie forestière du Congo, IFCO, a hérité de concessions exploitées précédemment par Cotrefor et avant cela par Trans-M. Deux sociétés au passé mouvementé. Trans-M était dirigée par l'homme d'affaires Ahmed Tajeddine, patron également de Congo Futur qui avait été placé sous sanctions par les Etats-Unis en 2010. Le Trésor américain estimait que les millions de dollars générés par les entreprises d'Ahmed Tajeddine étaient utilisés pour financer le mouvement libanais Hezbollah, considéré comme un groupe terroriste par les Etats-Unis.

Deux ans après ces sanctions, Trans-M est devenu Cotrefor, entreprise accusée à plusieurs reprises de trafic de bois illégal par Greenpeace. Et l'année dernière, Cotrefor a transféré ses concessions à une nouvelle entreprise IFCO. Pas si nouvelle que cela, selon Global Witness qui souligne dans son rapport : IFCO a maintenu plusieurs cadres de Cotrefor à des postes clefs concernant l'exploitation du bois, la vente et les finances.

Cet héritage trouble mériterait une enquête approfondie, selon Global Witness. L'ONG a documenté de nouvelles périodes d'exploitation illégale dans la concession de Baulu en 2018 et demande aux clients européens d'IFCO de vérifier la provenance du bois congolais qu'ils achètent.

Colin Robertson, chargé de campagne pour Global Witness [précise]...[Enregistrement audio].

Tout lire

Rapport
14 March 2019

Acheteurs, soyez vigilants - Comment les entreprises européennes qui achètent du bois à la société Industrie Forestière du Congo prennent le risque d’enfreindre les législations de l’UE

Auteur: Global Witness

Ce dossier révèle que dix sociétés européennes négociants en bois provenant de la République démocratique du Congo (RDC) prennent le risque d’enfreindre les législations de l’UE en matière d’exploitation forestière illégale. Le bois en question a été abattu et exporté par une société appelée Industrie Forestière du Congo (IFCO), deuxième exportateur de bois de la RDC. L’identité des propriétaires de cette entreprise reste inconnue...nos recherches sur l’activité internationale d’exploitation du bois d’IFCO montrent qu’entre juin et octobre 2018, des sociétés européennes basées en France, en Belgique, au Portugal, en Espagne, en Italie et en Pologne ont au total mis sur le marché de l’UE plus de 1 400 m3 de bois provenant d’IFCO, d’une valeur approximative de 2 millions d’euros. En vertu du Règlement Bois de l’Union européenne (RBUE) en vigueur depuis 2013, les entreprises doivent pouvoir démontrer qu’elles ont pris des mesures concrètes pour réduire le risque que le bois importé dans l’UE ait été abattu dans l’illégalité...L’exploitation forestière illégale et non durable constitue une menace majeure pour les forêts qui jouent un rôle clé dans la régulation du climat ainsi que pour les communautés qui en dépendent...Les importateurs européens de bois devraient prendre des mesures pour veiller à ne pas traiter avec des individus ou des entreprises soumises à sanctions...

Au moins dix entreprises basées dans six États membres de l’UE ont acheté du bois à IFCO entre juin et octobre 2018, d’après des documents que Global Witness a pu consulter. Ces acheteurs européens sont : JAF Polska (Pologne), France Noyer, Edwood, Angot Bois, Timbearth et Carbon Market Timber (France), TimTrade (Italie), Exott (Belgique) et Interarrod (Portugal), ainsi qu’un acheteur espagnol non confirmé. Global Witness a adressé un courrier à toutes les entreprises citées dans ce rapport pour leur demander si elles souhaitaient réagir à nos conclusions. Certains négociants en bois de l’UE nous ont répondu. Ainsi, la société France Noyer a déclaré acheter à IFCO de petites quantités de bois « abandonné ». France Noyer affirme que ce bois provient de zones qu’IFCO est autorisée à exploiter, et que France Noyer a un employé en RDC chargé de le vérifier. L’entreprise estime qu’IFCO opère dans le strict respect des législations de la RDC et que les documents nécessaires sont en place et validés par les autorités locales. La société portugaise Interarrod a quant à elle déclaré que si elle a précédemment acheté du bois à IFCO et à Cotrefor, elle s’est assurée de pleinement respecter le RBUE et a pris des mesures de diligence raisonnée rigoureuses à l’égard de tous les aspects des opérations d’IFCO. Son dispositif de diligence raisonnée comprend des preuves documentaires, ainsi que des contrôles des opérations forestières effectués à la source par des tiers. La société précise qu’elle a été inspectée par l’autorité portugaise en charge du RBUE concernant des expéditions de bois provenant de Cotrefor en 2017...

IFCO compte également plusieurs acheteurs importants en Asie, notamment China Plaited Products et Shanghai Wooden International Trading (Chine), Song Jing Wood (Taïwan), et Dai Loi Trading Company et Tai Anh Timber (Vietnam).38 Nous ne saurions alléguer que ces entreprises asiatiques ont enfreint les législations nationales en important ce bois. Cependant, ces expéditions soulignent la nécessité de soumettre les importateurs de bois de ces pays à des contrôles réglementaires plus stricts. Dans le cas du Vietnam, des contrôles efficaces de la légalité des importations de bois sont d’autant plus importants que le pays vient de signer un Accord de partenariat volontaire (APV) avec l’Union européenne...

Télécharger le document

Article
+ English - Cacher

Auteur: Global Witness

Ten European traders could be importing illegal Congo timber worth millions, breaking EU legislation and wreaking havoc on climate-critical rainforests. Companies based in France, Belgium, Portugal, Spain, Italy and Poland have been importing timber from Industrie Forestière du Congo (IFCO) – a logging company which has flouted forest laws in the Democratic Republic of Congo (DRC). Together, the ten companies placed more than 1,400m3 of IFCO’s high-risk timber on the EU market, with a value of approximately €2 million, in the space of five months during 2018...IFCO is a recently created entity which has inherited logging operations previously belonging to Cotrefor, a notorious company accused of a series of illegal activities. Cotrefor was the subject of alleged links to the Tajideen family, members of which are sanctions-listed by the US Treasury as financial supporters of Hezbollah. Cotrefor was the subject of allegations that it was controlled by known Hezbollah financiers named on a US Treasury sanctions list...

 After looking into IFCO’s vast logging concession near Baulu in the province of Tshuapa, we uncovered serious concerns related to the legality of IFCO’s logging operations, including logging outside boundaries, and logging while suspended for failing to pay required taxes, respect social agreements with local communities and abide by labour laws

 Under the European Timber regulations (EUTR), companies must be able to show they have taken clear steps to reduce the risk that timber imported to the EU has been illegally harvested. Failure to do so can result in high penalties. “It has been over six years since the EU Timber Regulation came into force, and this is yet another case of illegal or high-risk timber coming into EU ports, seemingly unchecked. Illegal logging is a serious contributor to climate change, and weak enforcement risks undermining the EU’s efforts to combat it" [says] Colin Robertson, Campaigner at Global Witness. 

European traders importing timber from IFCO should exercise proper due diligence and investigate the specific illegalities raised in this report. If the risk of such illegality cannot be eliminated, these companies should cease buying timber from the IFCO. Timber traders should also demand full disclosure of IFCO’s real owners, to mitigate the risk that the company has ongoing financial ties with the business empire of the Lebanese Tajideen family, members of which have been sanctions-listed by the US Treasury as Hezbollah financiers. The DRC’s forestry authorities should investigate IFCO’s 2017 and 2018 operations, to establish the extent to which the company broke laws and flouted the directives of provincial authorities.

Tout lire

Rapport
+ English - Cacher

Auteur: Global Witness

This briefing shows how ten European companies trading in timber from the Democratic Republic of Congo (DRC) risk falling foul of EU laws on illegal logging. The timber in question has been cut and exported by the logging company Industrie Forestière du Congo (IFCO), the DRC’s second biggest timber exporter...European companies risk falling foul of EU laws on illegal timber. Our research into IFCO’s international timber business shows that European companies – based in France, Belgium, Portugal, Spain, Italy and Poland – together placed over 1,400m3 of IFCO timber, with a value of approximately €2 million, on the EU market between June and October 2018. Under the European Union Timber Regulation (EUTR), which came into force in 2013, companies must be able to show they have taken clear steps to reduce the risk that timber imported to the EU has been illegally harvested.

Significant quantities of IFCO timber were also exported to buyers in China, Taiwan and Vietnam during the same period. The current lack of regulation or import controls against illegal timber in these countries brings with it a risk of illegal timber entering broader international supply chains and consumer markets. Illegal and unsustainable logging is a major threat to climate-critical forests and the communities that depend on them...

European timber importers should take steps to avoid trading with sanctioned individuals and companies...At least ten EU-based companies in six different EU member states bought timber from IFCO between June and October 2018, according to documents seen by Global Witness. These European buyers are: JAF Polska (Poland), France Noyer, Edwood, Angot Bois, Timbearth and Carbon Market Timber (France), TimTrade (Italy), Exott (Belgium) and Interarrod (Portugal), as well as an unconfirmed Spanish buyer.

Global Witness wrote to all of the companies named in this report asking if they would like to respond to our findings. Certain EU timber traders responded. The company France Noyer stated that they source small amounts of “abandoned” timber from IFCO. France Noyer claims that this timber come from areas where IFCO is authorised to log, and that France Noyer has an employee in DRC who verifies this. The company believes that IFCO is operating in full compliance with DRC’s laws, and that the necessary paperwork is in place and validated by local authorities. The Portuguese company Interarrod stated that, while they have previously purchased timber from both IFCO and Cotrefor, they have ensured that they are in full compliance with the EUTR and have undertaken rigorous due diligence in relation to all aspects of IFCO’s operations. Their due diligence system includes documentary evidence, as well as third party checks on timber operations at source. They told us that they were inspected by the Portuguese authority in relation to shipments of Cotrefor timber in 2017.

IFCO also has a number of important buyers in Asia, such as China Plaited Products and Shanghai Wooden International Trading (both China), Song Jing Wood (Taiwan), Dai Loi Trading Company and Tai Anh Timber (both Vietnam). We are not alleging that any of these Asian companies have broken domestic laws by importing this timber.

Télécharger le document