Royaume-Uni : Tesco suspend un fournisseur après la découverte d'un message dans ses cartes de voeux faisant état de travail forcé par des prisonniers chinois

Auteur: Claude Fouquet, Les Echos , Publié le: 24 December 2019

« Tesco suspend un fournisseur après la découverte d'un message de prisonniers en Chine » 23 décembre 2019

Le géant britannique des supermarchés, Tesco, se serait sans doute bien passé d'une telle mauvaise publicité à l'approche de Noël. Le voilà en effet potentiellement accusé de recourir à de la main-d'oeuvre emprisonnée en Chine pour produire ses cartes de voeux.

Tout a commencé dimanche, quand le « Sunday Times » a révélé l'étrange découverte d'une fillette de six ans. Florence Widdicombe aurait trouvé, dans une carte de voeux vendu par la chaîne de supermarché, un message qui aurait été écrit par un ou plusieurs détenus d'une prison chinoise : « Nous sommes des prisonniers étrangers dans la prison de Qingpu Shanghai Chine. Forcés de travailler contre notre volonté. S'il vous plaît, aidez-nous », explique ce message écrit en lettre capitale dans cette carte qui représente un chaton...

Tesco n'a pas tardé à prendre des mesures préventives après cette annonce d'autant plus gênante qu'une partie des fonds récoltés par la vente de ces cartes sert à financer des oeuvres de charité. « Nous avons été choqués par ces allégations et nous avons immédiatement suspendu [la production] à l'usine où sont fabriquées ces cartes et ouvert une enquête »...

Les cartes incriminées ont été imprimées par Zheijiang Yunguang Printing, une entreprise située à seulement une centaine de kilomètres de la prison shanghaïenne de Quingpu. Une entreprise qui compte aussi parmi ses principaux clients, plusieurs groupes occidentaux si l'on en croit son site internet... 

Tout lire

Entreprises concernées: Tesco