Dissimuler ce message

Bienvenue au Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme.

Nous nous faisons un devoir de travailler avec les militants de la société civile, les entreprises et les gouvernements afin d’aborder les inégalités de pouvoir, d’identifier les voies recours en cas d’abus, et d’assurer la protection des individus et de la planète.

Les entreprises et les communautés affectées nous remercient toutes deux des ressources et du soutien que nous leur apportons.

Ceci est uniquement possible grâce à votre soutien. S’il vous plaît, songez à faire un don dès aujourd’hui.

Merci,
Phil Bloomer, Directeur Exécutif

Faire un don maintenant Dissimuler ce message

Sénégal : Le Président Macky Sall interpelle la communauté internationale pour des contrats miniers et pétroliers plus favorables aux Etats africains

Auteur: Seyni Diop, Walfadjri (Sénégal), Publié le: 16 June 2015

"Inéquité dans les conventions minières: L’Etat se rebelle pour corriger les mauvais deal", 15 juin 2015

Le gouvernement veut gagner plus d’argent dans le secteur minier. Du Sommet du G7 à celui de l’Union africaine en Afrique du Sud, le président Sall a entamé la sensibilisation pour une révision des conventions minières internationales qui, en pratique, ne laissent que des miettes aux pays africains dans l’exploitation de leurs ressources naturelles...Le chef de l’Etat a mis en branle une campagne de sensibilisation de la communauté internationale pour une correction des conventions et contrats miniers où les intérêts des pays africains sont rudement mis en mal. Après l’Allemagne où il s’en est ouvert aux dirigeants des sept pays les plus industrialisés du monde (G7), il a craché ses vérités à ses pairs africains lors de la 33e session du Comité d’orientation des chefs d’Etat et de gouvernement du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad) qui s’est tenu le week-end dernier suivi du 25e sommet de l’Union africaine. Pour Macky Sall, il faut mettre fin à l’injustice dans les relations d’affaires. Car, argue-t-il, même si nous avons des ressources, les contrats et les codes qui déterminent et qui régulent les secteurs des hydrocarbures et des mines, ne permettent pas aux pays africains d’avoir des ressources financières à la hauteur de leurs potentialités. Le président de la République estime ainsi qu’indépendamment des questions de corruption et de démocratie, il y a, fondamentalement, une question d’injustice que l’Afrique pose aujourd’hui sur la table et exige qu’il y ait plus d’équité afin justement qu’en retour, elle s’occupe elle-même du développement du continent.

 

Tout lire